[REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Forum infohac.com - Réagissez sur les résultats et sur l'actualité du Havre Athletic Club, venez discuter HAC et Football entre supporters et participer aux débats, sondages, coups de gueule...
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football – Ligue 2 : Himad Abdelli serait-il en passe d’inverser le cours des choses ?

En fin de contrat, Himad Abdelli, placé l’été dernier sur la liste des transferts, a récemment effectué un grand bond en avant au jeu de la concurrence. Au point de pousser Paul Le Guen à reconsidérer sa position à l’égard du milieu de terrain du Havre AC ? Possible.

En fin de contrat en juin prochain, Himad Abdelli marque actuellement des points dans l’optique d’une éventuelle prolongation

Il ne comptait plus dessus. Du moins craignait-il que ce joueur si talentueux lors des séances d’entraînement ne puisse poser sa touche personnelle sur le jeu du Havre AC. Alors l’été dernier, Paul Le Guen lui a ouvert la porte. Celle de la sortie. Sans que Himad Abdelli (22 ans), pisté par une écurie grecque, ne trouve un club d’accueil à la hauteur de ses attentes.

Alors il a encaissé, patienté, rongé son frein, avant de sortir enfin du bois. Si sur la première partie du championnat il dut se contenter de miettes, au mieux, depuis quelques semaines, le Havrais a radicalement changé de cap. D’un joueur qui louvoyait du banc à la tribune, il est devenu un élément clé. Titularisé pour la première fois cette saison à l’occasion de la 22e journée et la réception de Rodez (0-0), depuis, Abdelli enchaîne. Ce samedi face à Nîmes, il sera ainsi titularisé pour la sixième fois sur la base des sept dernières journées.

« Le fil des négociations n’est pas rompu »

Et s’il n’affole pas les statistiques (1 but sur penalty, 1 passe dé’), le milieu offensif ne laisse pas (plus) son coach indifférent, quant au présent, quant à l’avenir surtout, sachant que le contrat d’Abdelli expirera en juin prochain. « Quand il fait les efforts, il a le talent pour s’imposer, assure « PLG ». C’est quelqu’un pour qui j’ai de l’affection, parce qu’il a un potentiel rare. Je pestais parfois car j’avais l’impression qu’il gâchait son talent. Maintenant, il faut qu’il devienne plus efficace. On se dit que ça va venir, mais il ne faut pas que ça traîne trop. Alors va-t-on revoir notre position ? Il ne faut pas tout mettre sur notre dos. C’est plutôt lui qui a fait évoluer les choses. En tout cas, je n’ai pas l’impression que le fil des négociations soit rompu. Il ne l’est pas de notre côté. »

Les onze dernières journées pourraient ainsi avoir une réelle influence sur le choix de proposer, ou pas, une prolongation de contrat à un joueur qui n’a pas encore exposé toutes ses qualités. Abdelli est-il enfin lancé ? Cette fois, on veut vraiment le croire !
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : Lekhal : « On banalise parfois le fait que je joue, alors que c’est un exploit »

Le vice-capitaine du Havre AC, suspendu la semaine passée et de retour ce samedi 12 mars 2022 face à Nîmes, revient sur son passage à vide, les critiques et évoque le sprint final. À 28 ans, Victor Lekhal, sous contrat jusqu’en 2023, n’entend pas ponctuer la saison sans avoir tout tenté.

Dans le dur ces dernières semaines, Victor Lekhal estime retrouver peu à peu ses sensations et assure que le HAC a les moyens de fondre sur l’un des cinq premiers

Victor, comment ça va ?

Victor Lekhal : « Ça va mieux. Je crois avoir eu un trou d’air, physique, mental. Un mélange de tout je crois. Là, j’ai l’impression de bien revenir et j’espère vraiment faire une grosse fin de saison. »

Sur les réseaux sociaux, vous n’avez pas été épargné par les critiques durant cette période quelque peu compliquée. Certains fans vous ont déçu ?

« Déçu, non. La critique, elle fait partie de notre job. Et puis c’est la première fois qu’on me tombe un peu dessus. Simplement, je trouve que les gens oublient vite que j’ai eu trois « croisés ». Déjà, avec un, certains joueurs peinent à retrouver leur meilleur niveau, alors avec trois... On banalise parfois le fait que je joue, alors que c’est un exploit, vraiment, même si je ne fais pas tout bien. C’est pour ça que c’est un peu sévère. Mais je crois aussi qu’il y a eu une petite cassure lorsque j’ai annoncé mon départ. Pourtant, j’avais bien expliqué les raisons pour lesquelles je souhaitais partir (NDLR : à l’été 2020 s’était ouverte une piste menant jusqu’en Arabie saoudite, puis en fin de saison passée il avait également évoqué l’idée d’un départ). Ceux qui connaissent mon histoire le savent. »

Et l’histoire de cette saison, elle vous inspire quoi ? N’avez-vous pas craint, il y a quelques semaines, que l’objectif « play-offs » ne soit inaccessible ?

« Après quelques matches, on s’est posé des questions, c’est vrai, mais derrière, on s’est vite rassuré. Maintenant, il faut s’accrocher et ne plus lâcher trop de points. On a déjà manqué trop d’occasions pour recoller. Notamment lors de ce mois de janvier totalement raté (NDLR : 2 pts/9). »

« Là, on est dans le flou… »

Janvier était également le mois du mercato. Si Matthis Abline, prêté par Rennes, dévoile un réel talent, n’espériez-vous pas de la direction qu’elle fasse un effort supplémentaire en termes de recrutement ?

« Pas forcément. On ne s’attendait pas à grand-chose. Avec cet effectif, on peut faire de belles choses, à condition de jouer tous les matches à fond. Quand on n’est pas très beaux, il faut y aller au courage. »

Zinedine Ferhat, dans ces mêmes colonnes, confiait une impression selon laquelle il « manque toujours un truc au HAC ». Vous confirmez ?

« Forcément. Mais quoi ? Pourtant, il y a tout ici pour réussir, monter en Ligue 1. »

Revenons à cette fin de saison, à ce sprint final. Quelle est l’idée directrice ? Jouer le tout pour le tout ?

« Oui, mais sans faire n’importe quoi. Une course-poursuite, ça se construit. Il y a encore un coup à jouer, mais ne partons pas bêtement à l’abordage. Mettons tout en œuvre pour rester en vie jusqu’au bout. »

Et l’avenir ? Le vôtre ? Celui de l’équipe, sachant qu’il pourrait y avoir de nombreux mouvements l’été prochain ?

« Là, on est dans le flou, entre les fins de contrat, les prêts et les ventes. Quant à moi, on verra. Ce serait bien de découvrir autre chose, de me mettre dans le rouge, quitter ma zone de confort, sportivement et humainement. Mais d’abord, restons tous focus sur cette fin de saison. Le HAC n’est pas encore hors course. »

Havre AC - Nîmes Olympique, ce samedi 12 mars 2022 à 19 h, au Stade Océane
Arbitre : M. Legat.

Absents au HAC : Mayembo (cuisse), Boura (cheville), Touré (malade), Ben Mohamed (reprise), Mahmoud, Gomes, Casimir (choix) ; à Nîmes : Burner, Delpech (choix de l’entraîneur), Briançon (reprise), Doucouré (mollet), Philibert (pied), Sarr (cheville).

HAVRE AC : 30. Fofana - 4. Baldé, 29. Sangante, 27. Gibaud, 2. Wahib - 24. Richardson, 22. Lekhal (cap), 8. Abdelli - 11. Cornette, 12. Abline, 10. Alioui.

Remplaçants : 1. Gorgelin (g), 18. Mbemba, 19. Ben Mohamed, 15. A. Ba, 7. Fontaine, 17. Bonnet, 14. Thiaré.

Entraîneur : Paul Le Guen.

NÎMES : 1. Bratveit - 15. Paquiez, 5. Ueda, 4. Martinez (cap), 3. Sadzoute - 12. Fomba, 18. Cubas - 10. Ferhat, 22. Benrahou, 7. Eliasson - 28. M. Koné.

Remplaçants : 30. Nazih (g), 2. Guessoum, 29. Mbow, 17. Sainte-Luce, 14. Valerio, 19. Ponceau, 9. Omarsson.

Entraîneur : Nicolas Usaï.

De la casse en défense

Alors que le Havre AC ambitionne de signer un troisième succès à la suite, et ainsi se rapprocher, soit d’Auxerre, soit de Sochaux, soit des deux puisque l’AJA (4e) reçoit ce samedi le FCSM (5e), alors que les Ciel et Marine restent sur deux « clean sheets », voilà que Paul Le Guen se doit de gérer la casse au sein de son effectif.

Avec un premier coup dur, l’absence de Fernand Mayembo. Touché la semaine dernière face à QRM en première période, resté sur le pré jusqu’à la 83e et peu inquiet à son départ de Diochon, le défenseur axial est finalement victime d’une déchirure musculaire (cuisse). Il devrait ainsi être contraint au repos, du moins à l’écart de la compétition, durant un mois…

Thiaré et... Ben Mohamed de retour dans le groupe !

Et ce n’est pas tout. Pour la réception du Nîmes Olympique, « PLG » doit également se passer d’Isaak Touré (malade), mais aussi d’Ismaël Boura, stoppé par une entorse de la cheville (retour mardi à Dijon ?). « Cela fait beaucoup, déplore Le Guen. J’aurais aimé continuer avec cette défense qui s’était requinquée lors des deux derniers matches. » Arouna Sangante devrait ainsi effectuer son retour dans l’axe, Abdelwahed Wahib pourrait quant à lui pallier l’absence de Boura sur le flanc gauche. Enfin, malade, Pape Ibnou Ba se doit de renconcer à ce duel avec les Nîmois.

Une bonne nouvelle, tout de même ? Eh bien oui ! Cette vingt-huitième journée marquera le retour de Jamal Thiaré. Et il ne s’agira pas d’un coup pour voir, comme ce fut le cas le 14 février face à Bastia (2-4). « Cette fois, je pense que c’est pour de bon, se risque l’entraîneur havrais. Il s’entraîne normalement, dans l’intensité, dans l’engagement. » L’attaquant sénégalais (3 buts et 3 passes décisives au compteur) débutera toutefois sa soirée sur le banc, là où s’installera également... Ayman Ben Mohamed.

Remis d’une blessure à un genou contractée en avril 2021, alors qu’il faisait l’objet d’un prêt à Denizlispor (Tur), l’international tunisien, vu un peu plus d’une heure avec la « B » le week-end dernier à Cherbourg (succès 3-0), réintègre donc les « 18 », quatorze mois après sa dernière apparition dans le groupe havrais.
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : et le HAC finit encore dans les graviers…

C’était un nouveau virage, l’occasion de revenir dans l’aspiration de Sochaux, mais encore une fois, le Havre AC est sorti de sa trajectoire pour concéder, ce samedi 12 mars 2022 face à Nîmes (0-1), sa cinquième défaite de la saison au Stade Océane.

Yassine Benrahou prend à contre-pied Yahia Fofana sur penalty, pour le seul but du match, en faveur des Nîmois. Le HAC perd une belle occasion de réduire son retard sur le Top 5

Ils pourront mettre ça sur le compte d’une réussite qui leur a tourné le dos. Insister sur le fait que les Nîmois, inexistants dans le jeu, se sont appuyés sur le seul talent de leur gardien norvégien pour repartir du Havre avec la victoire. Rappeler qu’en première période, ils ont frappé onze fois, cadré huit fois. Mais rien ne pourra reléguer au second plan ce nouveau raté au Stade Océane, cette énième soirée qui devait leur permettre de recoller au Top 5, de profiter de la défaite de Sochaux à Auxerre (2-3) pour réellement se relancer. L’écart reste ainsi figé à six points et mardi, c’est à Dijon que les Ciel et Marine s’efforceront de rebondir. À moins que cette fois, à une semaine de recevoir des Caennais qui ont découpé le leader toulousain (4-1) et des premières festivités des 150 ans, le moral en ait pris un coup fatal.

Car comment digérer un tel échec ? Au scénario, avouons-le cruel, quand sur l’une des rares incursions nîmoises dans la surface havraise, Yassine Benrahou, à la suite d’une faute de Lekhal sur Eliasson, glaça le Stade Océane d’un penalty transformé. On jouait alors la dernière seconde de la première période… Cruel, car jusqu’alors, une seule équipe jouait, tentait. Mais aucun des Havrais ne put piéger le solide Bratveit, aux gants chauds bouillants. Le Norvégien détourna d’entrée une frappe d’Abdelli (2e), repoussa une autre tentative d’Abdelli (6e), puis une de Baldé (9e), une de Cornette (17e) et une de Fontaine (35e). Dans l’esprit, dans l’envie, dans l’audace, dans les mouvements, les hommes de Paul Le Guen y étaient.

La barre une fois, deux fois

Seulement voilà, il y eut ce penalty, juste avant la pause, et cette nouvelle envolée de Bratveit dès la reprise, sur une tête d’Abdelli (47e). Était-ce à dire que le HAC se préparait à imposer une forte pression aux Nîmois en seconde période ? Eh bien non. À l’image de nombreux matches au cœur du vaisseau bleu, les Ciel et Marine se remirent à tourner en rond, sans solution. Serré de près, Abline ne put être trouvé que trop rarement. Après l’heure de jeu, Le Guen décida ainsi d’épaissir son attaque en lançant Thiaré (64e). En vain. Pour son retour, l’attaquant sénégalais n’eut pas le moindre ballon intéressant à négocier. À la création, plus personne ne visait juste. Toujours et encore ce manque de talent suffisant pour espérer voir un peu plus haut.

Alors oui, lors de dernières minutes enfin enflammées, c’est la chance qui manqua aux Havrais. À l’image de ce coup franc de Cornette que Bratveit détourna sur le haut de sa transversale (89e), cette même barre sur laquelle vint s’écraser le ballon à la suite d’une tête de Bonnet (90e). La folie fut bien trop tardive pour pousser le Nîmes Olympique à lâcher les trois points. Et voilà sans doute le HAC condamné à vivre une fin de saison sans le moindre relief. Que ça va être long…

Les notes du HAC : Fofana (5), Baldé (4,5), Sangante (4), Gibaud (4,5), Wahib (4), Fontaine (4), Lekhal (4), Abdelli (5,5), Cornette (5,5), Abline (4,5), Alioui (4).

Au Havre, Nîmes bat le HAC 1 à 0 (1-0)
Arbitre : M. Legat. Spectateurs : 4 407.

But pour Nîmes : Benrahou (45e+1, s.p.).

Avertissements à Nîmes : Fomba (35e), Guessoum (75e).

HAC : Fofana - Baldé (Mbemba, 86e), Sangante, Gibaud, Wahib (Ben Mohamed, 86e) - Fontaine (Thiaré, 64e), Lekhal (cap), Abdelli (A. Ba, 72e) - Cornette, Abline, Alioui (Bonnet, 72e).

Entraîneur : Paul Le Guen.

NÎMES : Bratveit - Paquiez, Guessoum, Martinez (cap), Sainte-Luce - Fomba, Cubas - Ferhat (Valerio, 83e), Benrahou (Ponceau, 70e), Eliasson - M. Koné (Omarsson, 70e).

Entraîneur : Nicolas Usaï.

Le Guen : « Ça va être dur à avaler »

Paul Le Guen (entraîneur du HAC) :

« Très dur de sortir de ce match avec une défaite. On a fait ce qu’il fallait pour que ce ne soit pas le cas, beaucoup d’efforts, beaucoup d’occasions. Mais finalement, Nîmes l’emporte… C’est dur à encaisser. On a fait un match plein, il nous a manqué l’efficacité, le réalisme, mais il n’y a pas grand-chose à reprocher aux joueurs. C’est dommage, on avait clairement une belle opportunité, il faut donc très vite s’en remettre, retourner au combat et penser au match de mardi, à Dijon. Oui, on a raté des occasions, on a tapé le poteau, mais c’est assez incroyable de sortir de ce match avec une défaite. Ça va être dur à avaler. Même si on ne la ramène pas, on a vraiment envie de se rapprocher de la cinquième place. Je crois que c’est le match où on tire le plus, il y a 21 frappes. C’est dur... »

Pierre Gibaud (défenseur du HAC) :

« Très cruel… C’est je pense notre meilleur match à domicile, on s’est créé énormément d’occasions, on n’a pas été mis en difficulté. Mais c’est l’histoire de notre saison, on n’arrive pas à marquer. Après, on est tombé sur un bon gardien, il avait même les montants avec lui. C’est frustrant, car c’était l’occasion de revenir à portée de fusil des cinq premiers. Mais peut-être qu’on est à notre place. Nîmes a fait le genre de match qu’on faisait en début de saison, défendre et marquer sans prendre de but. Mais il faut savoir que dans ce championnat, c’est plus dur de recevoir que de se déplacer. On rate donc le coche, mais à force de rater… C’est compliqué, maintenant il reste encore beaucoup de matches. »
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : oui, le HAC est à sa place

Là, mais pas vraiment là, les Ciel et Marine devraient en finir avec cette treizième saison de rang en Ligue 2 sans avoir l’occasion de croquer la moindre émotion. Dans une indifférence qui tend à devenir récurrente.

Paul Le Guen ne peut que constater les dégâts, les Ciel et Marine ont concédé leur cinquième défaite de la saison au Stade Océane, samedi, face à Nîmes (0-1)

Des têtes baissées, des regards dans le vide. Comme terrassés par ces quatre-vingt-dix minutes qui sonnent très certainement le glas des derniers espoirs. Samedi soir au Stade Océane, là où vingt-cinq points ont déjà été perdus (5 D., 5 N., 5 V.), les Ciel et Marine ont concédé la défaite de trop, la quatrième depuis le coup d’envoi de la phase retour, celle qui les laisse à six longueurs des Sochaliens, cinquièmes.

Alors oui, Paul Le Guen n’avait pas tout à fait tort lorsqu’il estima, au terme de cette vingt-huitième soirée, que le scénario ne pouvait engendrer des reproches à l’égard des joueurs. Ils ont dominé, tenté, cadré, ils ont même touché du bois à deux reprises, face à des Nîmois qui avaient concédé sept buts lors de leurs deux derniers déplacements (à Caen et Amiens), sans en inscrire un seul. Les Crocos ont ainsi attendu, l’une de leurs trois percées dans le camp havrais ayant suffi à provoquer le penalty fatal (45e+1).

Clin d’œil d’un destin cruel, ou plutôt d’une stratégie sportive toujours aussi incompréhensible, au même moment où Benrahou offrait le succès aux Crocos, Boutaïb, à deux cents kilomètres de là, provoquait un penalty (inscrit en deux temps par Name) en faveur du Paris FC. Mais qu’importe, en laissant filer Boutaïb dans les rangs d’un vrai candidat à l’accession, quelques centaines de milliers d’euros sont tombés dans les caisses.

Un message finalement désastreux

Qu’importe également si à l’annonce du départ de l’international marocain, le vestiaire s’est interrogé sur la réelle volonté du club de disputer les play-offs. Pour certains, il y a même un sentiment de tromperie sur la marchandise, rapport au discours tenu au moment de leur arrivée, ou de leur prolongation de contrat. Encore une fois, se délester du salaire de Boutaïb pour miser sur le seul Abline, 18 ans, certes talentueux.

Pourtant, difficile pour le coup d’incriminer la direction. Si le HAC n’a pas été plus actif en janvier, c’est de la seule décision de Paul Le Guen et sa volonté de poursuivre la saison sans un deuxième renfort hivernal. Pourtant, à la création, dans le cœur du jeu, ou sur ce flanc gauche qu’Alioui ne parvient que trop rarement à enflammer, il y avait une clé à confier à un joueur tout neuf. Les dossiers qui lui ont été proposés ne l’ont visiblement pas convaincu.

Résultat, le HAC, pour la deuxième saison de suite, traîne comme un boulet son inefficacité offensive, symbolisée par ces onze matches sans marquer. Boutaïb-Abline, dans un schéma à deux pointes, histoire de surprendre des adversaires pour lesquels les intentions havraises sont bien trop lisibles, cela n’aurait-il pas permis au Havre AC de franchir un cap dans la zone de vérité ? Le mystère restera en l’état, mais la question se pose.

Tout comme se pose celle de l’engouement autour de l’équipe. Pas celui qui ne touche plus le grand public, mais cet engouement qui devrait traverser tout un club. Et au sein de celui-ci ne se dégage plus aucune âme. Un président de plus en plus absent, un directeur général peu présent auprès du groupe en dehors des jours de match, soit aucune émulation qui pousserait les Ciel et Marine à se sublimer.

Pourtant, le premier match des 150 ans approche, ce duel attendu samedi prochain face à Caen (à 15 heures), et rien n’a été fait, en interne, afin de décupler la motivation d’un groupe auquel, notons-le, sont allouées des primes de match indignes d’un club semble-t-il ambitieux, voire d’un club de Ligue 2 (de l’ordre de 140 euros, comme il se murmure). À ce niveau aussi, le président du Havre AC, d’ores et déjà annoncé comme l’un des bons élèves à la prochaine session de la DNCG, joue petit bras. Et le classement le lui rend bien.
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : pour ne pas arriver tout chiffonné à la fête

Soixante-douze heures après la douche froide, ce revers concédé contre Nîmes, et à quatre jours du premier acte des festivités liées aux 150 ans du Havre AC, les Ciel et Marine se rendent ce mardi 15 mars 2022 à Dijon. Avec pour mission de préparer comme il se doit la réception du SM Caen.

Arouna Sangante et les Havrais tenteront de sceller à Dijon un sixième succès loin du Stade Océane

Ils ont été les premiers à craquer. Non pas mentalement, mais des fumigènes, au nombre de 150, premier clin d’œil à l’anniversaire. Lundi soir, tout autour du Stade Océane, les supporters du Havre AC ont ainsi « enflammé » les lieux. Ces mêmes fans qui se retrouveront samedi 19 mars 2022, à 11 heures, parc Massillon, pour un départ en cortège, cap sur l’antre du club doyen. Un vaisseau bleu autour duquel nombre d’animations auront lieu avant le coup d’envoi, débutera un concert après le coup de sifflet final, et accueillera, en son cœur, une brochette d’anciens Hacmen, appelés à fouler la pelouse lors de l’entracte de ce duel entre le Havre AC et le SM Caen.

Car là se trouve le point d’orgue de l’après-midi de samedi, le face-à-face 100 % normand. Un match particulier, dont il s’agit bien évidemment de soigner la préparation. Et celle-ci passe par Dijon, trois jours après le couac face à Nîmes (0-1), cette défaite qui fait aussi mal psychologiquement que mathématiquement. « D’autant plus que le contenu y était, rappelle Paul Le Guen. Alors oui, il manque quelque chose, sinon nous n’aurions pas encore une fois perdu 0-1 à domicile. Mais ce dont je suis sûr, c’est que ça ne vient pas de l’état d’esprit. Les joueurs ne prennent pas les choses à la légère. »

« Paradoxalement, je trouve qu’on progresse »
Simplement, depuis le coup d’envoi de la phase retour, le Havre AC, figé à la sixième place depuis le 3 décembre, compte plus de revers (4) que de succès (2), plus de buts concédés (12) qu’inscrits (7). Un rythme peu propice à un retour dans la roue des cinq échappés. Peut-être était-ce un constat également fait lundi après-midi face au groupe par le président Vincent Volpe, revenu des États-Unis pile-poil pour assister au succès des féminines face à Lens (4-1), alors que la veille au soir sa place dans la corbeille présidentielle resta vide.

« Paradoxalement, reprend Le Guen, je trouve qu’on progresse. Après, on me dit qu’on manque de folie. Moi, je dirais plutôt qu’on manque de calme sur certaines situations. » En tout cas, ça manque de points et c’est à Gaston-Gérard, où déjà six formations ont scellé un succès (Sochaux, Toulouse, Valenciennes, Paris FC, Nîmes et Pau), qu’il s’agira de signer un sixième coup gagnant loin du Havre.

Trois points pour un espoir que les Ciel et Marine entendent maintenir sous oxygène, et avec lesquels ils devront se présenter, samedi après-midi, face à des travées enfin annoncées garnies. Pour ce premier jour anniversaire, la première des festivités, celle pour laquelle les Ciel et Marine ne peuvent se permettre d’arrivée tout chiffonnés.

Baldé out, Boura forfait, P.I. Ba et Touré de retour

Déjà dans l’obligation de se passer de Fernand Mayembo pour une durée d’un mois (cuisse), Paul Le Guen a espéré en vain le retour d’Ismaël Boura (cheville) et se doit en plus de déplorer l’absence de Thierno Baldé, handicapé par une forte douleur sur le dessus du pied. À Dijon, c’est une défense de nouveau revisitée qui fera donc face aux partenaires de Mickaël Le Bihan (4 buts), défense au sein de laquelle Isaak Touré, malade en fin de semaine dernière, reprendra du service. Dans le cœur du jeu cette fois, c’est Jean-Pascal Fontaine qui manquera à l’appel, a priori touché lors de la séance d’entraînement d’hier. Enfin, le secteur offensif enregistre le retour de Pape Ibnou Ba, souffrant au soir de la réception des Crocos.

Dijon - Havre AC, ce mardi 15 mars 2022 à 19 h, au stade Gaston-Gérard
Arbitre : M. Thiebaut.

Absences à Dijon : Coulibaly (suspendu), Allagbé, Z. Touré (reprise), Rocchia, Soumaré, Arli, Belhadji (choix) ; au HAC : Mayembo (cuisse), Boura (cheville), Baldé (pied), Fontaine (blessé), Mahmoud, Gomes, Casimir (choix).

DIJON : 30. Reynet - 27. C. Traoré, 5. Ecuele Manga, 3. Congré, 2. A. Fofana - 19. Ngouyamsa, 12. Deaux - 22. Philippoteaux, 8. Le Bihan, 29. Dobre - 21. Scheidler.

Remplaçants : 40. Roche (g.), 31. Benchaa, 14. Marié, 18. Younoussa, 26. Pi, 7. Sammaritano, 11. Jacob.

Entraîneur : Patrice Garande.

HAC : 30. Fofana - 29. Sangante, 27. Gibaud, 6. Touré, 18. Mbemba - 24. Richardson, 22. Lekhal (cap), 8. Abdelli - 11. Cornette, 12. Abline, 10. Alioui.

Remplaçants : 1. Gorgelin (g), 2. Wahib, 19. Ben Mohamed, 15. A. Ba, 17. Bonnet, 25. P.I. Ba, 14. Thiaré.

Entraîneur : Paul Le Guen.

Trois questions à Himad Abdelli (milieu de terrain du HAC)

N’avez-vous pas le sentiment que votre cote au sein du groupe est soudainement montée en flèche ?

« Je ne me pose pas ce genre de question. Je suis juste heureux d’être sur le terrain. En ce moment, ça marche bien, tant mieux pour moi. Cette fois, c’est moi qui me suis mis un coup de pied au cul et j’espère amener un plus à l’équipe. Maintenant, il reste les stats. Comme me le dit souvent le coach, je dois devenir décisif. Alors face à Nîmes, j’ai essayé de me lâcher devant le but, j’ai eu beaucoup d’occasions, mais ça n’a pas souri. »

À propos de Nîmes, l’issue de cette confrontation n’a-t-elle pas laissé trop de traces ?

« C’est sûr qu’on a raté une belle opportunité. Il nous manque toujours cette efficacité à domicile, mais on peut encore inverser la tendance. On n’est quand même pas très loin du Top 5 et pour avoir vécu les play-offs, j’ai vraiment envie d’y goûter à nouveau. C’est tellement beau à jouer. »

Et l’avenir ? Prendra-t-il la forme d’une prolongation ?

« Je ne suis pas du tout fermé à l’idée. C’est le club de ma ville, mon club à moi. Si je reste, ce sera avec plaisir. Visiblement, le coach ne serait pas contre, c’est toujours mieux que de se savoir poussé vers la sortie. En tout cas, je mets cette fois tous les ingrédients pour réussir sous ce maillot. »
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : et le HAC finit encore à terre

Deuxième défaite en trois jours. Après Nîmes, c’est Dijon qui a fait tomber mardi 15 mars 2022 des Ciel et Marine à bout de souffle et d’idées. Si le Havre AC conserve sa sixième place, du Top 5, le club doyen n’en voit même plus le dos. Samedi, c’est Caen qui s’invitera aux premières festivités du 150ème anniversaire…

Deuxième défaite de rang pour les Ciel et Marine après le revers contre Nîmes, mardi soir sur la pelouse de Dijon. Jamal Thiaré a marqué un but contre-son-camp en début de seconde période

Quand ça ne veut pas… Quand il est dit, même écrit, que cette saison ne serait décidément pas la sienne. Qu’après de longs mois de souffrance, de patience, son retour serait placé sous le signe de la poisse. Cette légère déviation de la tête, à la suite d’un corner de Jacob, qui suffit à tromper Fofana, pour l’ouverture du score dijonnaise. Oui, pour sa première titularisation depuis le 16 octobre, et l’acte I du duel avec Caen (2-2), Thiaré ne pouvait craindre pire coup du sort que ce « c.s.c. » (51e).

Dur, très dur pour l’attaquant sénégalais, l’un des six joueurs qui profitèrent du turnover décidé par Paul Le Guen, au cœur de cette semaine à trois matches. Terrible semaine pour l’heure, puisqu’aucun point n’a été glané, ni face à Nîmes (0-1), ni à Dijon (0-2), et ce alors que se profile la venue du SM Caen, samedi 19 mars 2022 (à 15 heures).

Non seulement, le Havre AC ne parvient donc pas à recoller au Top 5, mais voit désormais celui-ci s’envoler. La faute à cette cinquième défaite en dix journées, version phase retour, la troisième (seulement) cette saison à l’extérieur.

Au moins, Pape Ibnou Ba a cadré…

Le HAC n’aura donc pas réussi à effacer le couac de samedi dernier, ce HAC qui dut attendre en terre dijonnaise la 64e minute pour enfin trouver le cadre, cette tête de P.I. Ba qui ne surprit pas Reynet. Les Ciel et Marine couraient alors déjà après le score. Et même si, lors du premier acte, quelques centres auraient pu, auraient dû trouver preneurs, si les Havrais avaient offert avant la pause une réplique gentillette, les occasions les plus nettes furent à mettre au crédit du DFCO, par Le Bihan (17e, 21e et 37e) et Deaux (28e).

Offensivement, la doublette Thiaré-Ba alignée à la pointe d’un 4-4-2 peinait à peser, à menacer. Bonnet et les siens ne pouvaient dès lors guère espérer mieux qu’un partage des points. Avant cette seconde période techniquement pauvre de la part des Havrais, sanctionnés dès la 51e minute donc, avant que Cheick Traoré ne profite en fin de rencontre d’une ouverture entre Fofana et son poteau pour plier définitivement la soirée (90e). Entre-temps, P.I. Ba avait vu Reynet sortir le grand jeu sur sa volée (74e), et Lekhal, à la suite d’une charge sur Dobre, avait été prié par M. Petit de regagner le vestiaire (85e), expulsé et donc d’ores et déjà rayé de la liste des « 18 » appelés à défier samedi le SM Caen.

Un choc régional qui a donc perdu de son sel en deux soirées et autant de revers. Cet échec que « PLG » tenta pourtant d’esquiver en lançant Cornette, Abdelli et Abline à la 65e minute. Si leur entrée apporta par instants un zeste de punch, de vitesse, de profondeur, cela resta bien trop léger pour prétendre renverser des Dijonnais pourtant peu incisifs cette saison.

Mais les faits sont là, encore une fois, le HAC ne peut que constater les dégâts d’un mercato d’hiver qui ne renforça en rien un effectif devenu très, trop moyen. Le résultat d’une politique sportive minimaliste, simplement axée sur la valorisation des jeunes. La course à l’accession impose bien d’autres atouts. Mais qui pour passer ce message ?

Les notes du HAC :

Fofana (4,5), Mbemba (4), Sangante (5), Gibaud (5), Wahib (4) puis Ben Mohamed (4,5), A. Ba (4), Richardson (4), Lekhal (4), Bonnet (4,5), Thiaré (4), P.I. Ba (4,5).
À Dijon, Dijon bat le HAC 2 à 0 (0-0)
Arbitre : M. Petit. Spectateurs : 6 660.

Buts pour Dijon : Thiaré (51e, c.s.c.), C. Traoré (90e).

Avertissement au HAC : Wahib (29e).

Expulsion au HAC : Lekhal (85e).

DIJON : Reynet - C. Traoré, Benchaa, Ecuele Manga, Congré (cap), A. Fofana - Deaux, Ngouyamsa (Scheidler, 46e), Pi - Jacob (Marié, 75e), Le Bihan (Dobre, 83e).

Entraîneur : Patrice Garande.

HAC : Y. Fofana - Mbemba (Alioui, 76e), Sangante, Gibaud, Wahib (Ben Mohamed, 46e) - Bonnet (Abdelli, 65e), Lekhal, Richardson, Bonnet (cap) (Cornette, 65e) - Thiaré (Abline, 65e), P.I. Ba.

Entraîneur : Paul Le Guen.

Le Guen : « On manque de beaucoup de choses »
Paul Le Guen (entraîneur du HAC) : « On aurait prendre plus cher sans une charnière et ses deux guerriers. Je suis déçu, pas content du tout. J’avais fait tourner, je voulais mettre de la fraîcheur, mais ça n’a pas fonctionné. On manque de personnalité, on manque de beaucoup de choses, c’est très énervant. On subit, on fait des choix qui n’en sont pas. Sauf exception, par exemple celle d’Arouna (Sangante), je suis déçu de l’évolution de certains jeunes. Compte tenu de ce qu’ils avaient montré en début de saison, je m’attendais à ce qu’ils prennent de l’ampleur. Ils en ont le potentiel, mais ça tarde à se concrétiser. Quant aux play-offs… Je suis très lucide. Sur ce match, l’anomalie, c’est d’être devant Dijon au classement. Là, ça flanche un peu et il faut retrouver un état d’esprit impeccable avant le derby. Il y a urgence. Sur cette fin de saison, je vais demander aux joueurs d’être respectueux. On se doit vis-à-vis de nos supporters d’être pros, engagés, et ce n’est pas ce que j’ai ressenti ce soir, à de rares exceptions encore une fois. »

Nolan Mbemba (défenseur du HAC) : « On passe à côté. Dès le début, on a commis des erreurs, on s’est mis en difficulté, on n’a pas été là dans les intentions. On n’a jamais su revenir dans la partie, techniquement, il y a eu trop de déchet. Et voilà… Que dire de plus ? On a paniqué trop facilement. Pour les play-offs, ça va être compliqué, on va donner le maximum et on verra. Mais d’abord, remettons-nous la tête à l’endroit. »
Avatar du membre
mHACcauv
Ligue 2
Ligue 2
Messages : 1562
Enregistré le : 04 mai 2021 21:26

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par mHACcauv »

Bonnet : « C’est le moment de recréer une dynamique »

Franchement , je ne peux pas ne pas faire un commentaire.

"Taisez vous !!! on veut des actes !"
Et sérieusement, pour la dynamique, ... c'est TROP TARD !
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Voici l'article déjà posté en lien par mHACcauv, car je ne sais pas s'il est visible pour les non-abonnés.

Football - Ligue 2 : pour le Havrais Alexandre Bonnet, « c’est le moment de recréer une dynamique »

Le capitaine du Havre AC plante le décor d’un samedi dédié au 150e anniversaire du club doyen, un événement auquel Alexandre Bonnet tient à associer un enjeu sportif, si infime soit-il.

Alexandre Bonnet n’entend pas jeter l’éponge dans cette course-poursuite qui voit le HAC perdre peu à peu du terrain sur le Top 5

Jamais de son histoire, à l’échelle de la Ligue 2, le Stade Océane n’aura attendu autant de monde. N’est-ce pas la preuve qu’il y a un vrai public au Havre ?

« Je n’ai jamais douté du fait que beaucoup de gens aimaient le HAC. Et ce match, c’est l’occasion de réunir tous ces amoureux du club, pour la première fois depuis de longues années. On a hâte de voir ce stade bien rempli. Ça va pousser et c’est le moment de recréer une dynamique, de lancer le sprint, de repartir sur une série positive. »

À ce retour dans la roue du Top 5, vous y croyez encore ?

« On est obligés d’y croire. Par le passé, on a montré qu’on était capables de réaliser des séries. Il faut s’accrocher à ça, même si on n’est pas sur une bonne dynamique. Mais on peut avoir un sursaut d’orgueil, même si devant, ça ne laisse pas grand-chose. Dans un premier temps, notre devoir est de relever la tête et de faire en sorte que l’espoir demeure jusqu’à la fin. »

« S’il n’y a pas le résultat, la fête sera gâchée »

De ce match du 150ème anniversaire, des festivités qui vont avec, tout le monde en parle depuis près d’un mois. Cela ne vous a-t-il pas fait dévier d’une certaine ligne de conduite ?

« Non, non. Ne prenons surtout pas ça pour une excuse. Ce match, on n’y pense que maintenant. Ça n’a rien à voir avec nos deux précédentes contre-performances. Maintenant, prenons la réception de Caen comme un déclic, un tremplin. J’espère que nous serons à la hauteur. Il faut recréer cet engouement perdu depuis de longs mois. Ça ne tient qu’à nous. Si on n’y parvient pas, la suite sera longue et compliquée. »

Comment expliquer ce contraste entre une phase aller réussie, et ces dix matches retour déjà émaillés de cinq revers ?

« Je pense qu’il y a un juste milieu entre les deux. Peut-être que sur certains résultats de la phase aller, on a été bien payés, Yahia (Fofana) a fait des matches incroyables, notre solidité défensive était parfois inespérée. Mais sur cette deuxième partie de saison, mine de rien, le départ de Khalid (Boutaïb) a fait du mal, et sur le terrain, et au sein du groupe. Mais plus globalement, on se rend compte aujourd’hui qu’on est plus en difficulté, on concède plus de buts, devant, les automatismes ne sont pas évidents à trouver. On a perdu du temps. Résultat, on est sixièmes, décrochés sans être trop loin. Alors faisons en sorte que chaque match soit quasiment le dernier. Face à Caen, il va falloir pousser le curseur de performance, de combativité, de concentration. Car s’il n’y a pas le résultat, la fête sera gâchée. C’est nous qui avons les clés. »
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : pour le HAC, pour Le Havre !

Plus qu’un match, plus qu’une suprématie régionale, c’est un anniversaire, le 150ème, celui du doyen des clubs français, que les fans du Havre AC entendent célébrer, ce samedi 19 mars 2022, à l’occasion de la réception du Stade Malherbe de Caen. Attention, ça s’annonce grandiose !

Les supporters annoncent un après-midi grandiose dans les travées d’un Stade Océane qui enregistrera, à cette occasion, un nouveau record d’affluence

17 000 au moins. 18 000 peut-être. Pour un record déjà battu (1), celui de l’affluence enregistrée au cœur du Stade Océane, cet antre aux si rares vibrations en une décennie d’existence. Mais un vaisseau bleu à l’intérieur duquel un volcan s’éveillera ce samedi. Pour une journée que les supporters du Havre AC marqueront d’une empreinte si profonde qu’elle restera à jamais ancrée à l’histoire du HAC, déjà vieille de 150 ans.

« C’est un grand événement, celui qu’on attend depuis longtemps, confie Johan Vattier, le numéro 1 des Barbarians Havrais. Je suis même surpris de l’engouement. Pour nous, c’est un réel sentiment de fierté. Ça montre bien que le club n’est pas mort, que les gens aiment toujours le HAC. »

Voilà des semaines, des mois, qu’ils préparent ce rendez-vous. Et l’espace d’un samedi pas comme les autres, ils oublieront la déception pour les uns, la frustration pour les autres. « On aurait tellement aimé que ça coïncide avec un réel enjeu sportif », admet Florian Hédouin, membre du bureau des HAC Fans. « Mais pour ce match, assure Vattier, on met la contestation de côté. Avouons tout de même qu’elle est étrange cette saison. En début de saison, on aurait tous signé pour le maintien. Alors pour une sixième place… Seulement, l’équipe a parfois montré qu’elle pouvait aller chercher autre chose, l’attente est devenue grande et aujourd’hui, il y a une réelle frustration. »

« Montrer que nous ne sommes pas des consommateurs »

Sixièmes à sept points du Top 5, les Ciel et Marine, tombés lors des deux précédentes journées, n’entraînent plus avec eux le rêve d’une qualification aux play-offs. « Mais on va faire abstraction du contexte sportif, affirme Romain Lefebvre, membre des Barbarians, trésorier de la Fédération des supporters. Cet événement, cela fait un an et demi qu’on y travaille. Et malgré les résultats, on a le sentiment que quelque chose de fort se passe. On veut que ce soit grandiose afin de rappeler que nous ne sommes pas de simples consommateurs, mais que nous supportons un club. Pour beaucoup d’entre nous, c’est le dernier match de la saison, le dernier événement. »

Effectivement, mieux vaut mettre les résultats de côté, enchérit Kevin Lacreuse, président du Kop Océane 1872. On sort de deux années Covid, alors on veut marquer le coup. » En réponse au monstrueux tifo déployé en tribune Nord, le Kop Océane, installé en tribune Sud, dévoilera également l’œuvre dédiée au 150ème anniversaire. « La tribune Sud doit elle aussi prendre part à la fête. Nous sommes là pour ça. »

Des Barbarians Havrais, bientôt trentenaires, au Kop Ciel et Marine, en passant par le Kop Océane 1872, les diverses associations de supporters ont ainsi saisi cette date pour en faire une journée mémorable, « pour le HAC et pour Le Havre, insiste Florian Hédouin. On veut promouvoir le club, la ville. » Aux Ciel et Marine de promouvoir leurs supporters, via un succès, en cette journée qui débutera par un cortège de fans au départ du parc Massillon (à partir de 11 heures). Le ton sera donné.

(1) le précédent record date du 8 avril 2013, avec 15 552 spectateurs lors d’un HAC - Caen

Havre AC - SM Caen, ce samedi 19 mars 2022 à 15 h au Stade Océane
Arbitre : M. Vernice.

Absents au HAC : Mayembo (cuisse), Fontaine (genou), Mbemba (ischios), Lekhal (suspendu), A. Ba, Ben Mohamed, Gomes, Casimir (choix) ; à Caen : Gonçalves, Teikeu, Chahiri, Zady Sery (blessés), Rivierez (choix).

HAC : 30. Fofana - 4. Baldé, 29. Sangante, 27. Gibaud, 20. Boura - 17. Bonnet (cap), 24. Richardson, 8. Abdelli - 11. Cornette, 12. Abline, 10. Alioui.

Remplaçants : 1. Gorgelin (g), 2. Wahib, 33. Wam ou 34. Nséké, 6. Touré, 28. Mahmoud, 25. P.I. Ba, 14. Thiaré.

Entraîneur : Paul Le Guen.

CAEN : 1. Riou - 24. Vandermersch, 6. Oniangué, 27. I. Cissé, 28. Diani, 25. Abdi - 11. Court, 12. Lepenant, 8. Deminguet (cap) - 7. Da Costa, 19. A. Mendy.

Remplaçants : 16. Clementia (g.), 3. Armougom, 22. B. Traoré, 15. Wadja, 9. Jeannot, 23. Shamal, 20. Hountondji ou 33. Najim.

Entraîneur : Stéphane Moulin.

Une image à rafraîchir

On les a laissés mardi soir à Dijon (0-2) dépités, vaincus sans avoir réellement tenté de se défendre, on les retrouve ce samedi gonflés à bloc, conscients qu’ils ne peuvent rester sur les deux derniers échecs les plus frais sans tenter de réagir. Sans se sublimer en cet après-midi pas comme les autres. Ou quand le Havre AC, scotché depuis des mois dans l’ombre des cinq cadors, ne pourra se manquer sous les yeux d’un public record.

« C’est le moment de faire plaisir à nos supporters, insiste Paul Le Guen. On aborde cette rencontre avec envie et humilité. » Humbles comme des joueurs qui croiseront la route d’un adversaire qui a infligé il y a une semaine une correction au leader toulousain (4-1), en même temps que le Havre AC voyait Nîmes quitter le Stade Océane avec le succès (1-0).

« Oui, on reste sur deux revers, mais ça ne veut pas dire que les joueurs ont décroché, assure Le Guen. À Dijon, ce n’est pas dans l’envie que nous avons été battus, mais techniquement, ce fut d’une telle faiblesse… Ce match doit donc permettre à tout le monde de se remobiliser. » Tout le monde, ou presque, puisque Mayembo, Fontaine et Mbemba sont out, Lekhal, lui, purgera le premier de ses deux matches de suspension, alors qu’Abdoullah Ba et Ayman Ben Mohamed ont rejoint Ylan Gomes et Josué Casimir sur la liste des joueurs non retenus.
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : triste anniversaire pour le HAC, battu à domicile par Caen

Les Caennais ont célébré comme il se doit l’anniversaire du Havre AC, un club doyen sèchement battu ce samedi 19 mars 2022 au Stade Océane, en ce jour de fête qui a tourné au cauchemar (2-4). Les Ciel et Marine ont encore une fois rendu une indigne copie.

Himad Abdelli entouré de Caennais, comme un symbole d’un match anniversaire qui a viré à la déroute pour les Havrais dans le duel normand.

Quelle claque ! Quelle humiliation ! Un après-midi qui renvoie les dirigeants du Havre AC et leur projet, qui n’en est pas un, à la triste réalité d’une saison qui n’aura duré que dix-neuf matches, les dix-neuf premiers, avant que les hommes de Paul Le Guen ne plongent totalement, sans que personne ne tende la main pour tenter de les sauver. Depuis des mois, les Ciel et Marine sentent qu’ils marchent seuls, isolés du reste du club, là où les vrais passionnés du HAC se font de plus en plus rares. Il n’y a plus vie, plus d’âme, comme une chape de plomb qui s’est abattue sur le plus vieux club français.

Pourtant, tout y était pour que ce samedi 19 mars 2022, dans cet après-midi record en termes d’affluence (18 693), laisse une trace indélébile dans l’histoire. Au moins espérait-on que les Havrais donnent, se dépassent, se subliment. Qu’ils entraînent avec eux tout un stade.

Mais c’est le SM Caen qui a donné la leçon, le SM Caen qui s’est amusé pendant que les Havrais semblaient comme perdus, amorphes, incapables d’honorer une fête dont certains n’avaient peut-être pas mesuré l’importance.

D’ailleurs, au niveau de la direction, leur avait-on fait comprendre, non pas vingt-quatre ou quarante-huit heures avant le coup d’envoi, mais bien en amont, qu’il s’agissait d’un moment unique pour se réconcilier avec un public sevré d’émotions depuis trop longtemps ? Non. Cela aurait été dommage d’associer les principaux acteurs à l’événement. Alors puisqu’ils étaient invités, puisque leurs hôtes se cachaient, les Caennais ont fait comme chez eux. Et signé un retentissant succès, au terme d’un duel marqué par treize avertissements et une expulsion. Celle du malheureux Nséké (17 ans dans quelques jours), entré en lieu et place de Boura après la pause.

Un soupçon d’espoir, et la boulette

Le jeune défenseur commit en effet l’irréparable, d’une faute sur Vandermersch, pour un penalty transformé par Deminguet (80e). Le HAC, d’abord mené à la suite d’une tête de Da Costa (38e) sur un corner bêtement concédé par Boura, avant que Thiaré, sur son premier ballon, n’égalise (72e), voyait ainsi le SMC reprendre la main. Dur ? Pas vraiment. Notamment au regard d’une première période totalement manquée par les Ciel et Marine, dépassés techniquement, incapables d’injecter la moindre dose d’intensité dans leur jeu et rapidement privés de Fofana (39e), blessé (béquille).

Tapis rouge déroulé devant des Malherbistes qui creusèrent ainsi l’écart cinq minutes avant la fin du temps réglementaire, d’une frappe limpide de Jeannot. Et si dans la foulée, Abline redonna un soupçon d’espoir (86e), sur la deuxième passe décisive du jour de Cornette, la terrible boulette de Gorgelin, dont profita Deminguet (2-4, 90e+1), sonna le glas du HAC. Ce Havre AC qui ne fut à la hauteur de l’événement qu’au cours du premier quart d’heure de la seconde période, cette courte révolte, avant que le duel ne parte dans tous les sens. Ce qui démontre une fois de plus que l’effectif, tel qu’il a été construit, n’est pas à la hauteur de l’ambition. Du moins celle que seul le président Volpe pensait empreinte de réalisme.

La préparation de l’exercice 2022-23 commence donc maintenant, du moins si quelqu’un est déjà en mesure d’en donner les axes principaux. On n’oubliant pas, en n’oubliant plus, que seul le sportif reflète dans la vitrine.

Les notes du HAC : Fofana (non noté) puis Gorgelin (2), Sangante (5), Gibaud (5), Touré (5), Baldé (4,5), Richardson (4,5), Abdelli (5,5), Boura (2) puis Nséké (non noté), Cornette (6), Abline (5), Alioui(3).

Au Havre, Caen bat le HAC 4 à 2 (1-0)
Arbitre : M. Vernice. Spectateurs : 18 693.

Buts pour le HAC : Thiaré (72e), Abline (86e) ; pour Caen : Da Costa (38e), Deminguet (80e, s.p. et 90e+1), Jeannot (85e)

Avertissements au HAC : Boura (8e), Richardson (44e), Abline (58e), Thiaré (75e), Cornette (84e), Gibaud (89e), I. Touré (90e+2), Bonnet (90e+4) ; à Caen : Da Costa (34e), Lepenant (50e), Diani (56e), Oniangue (64e), Deminguet (82e)

Expulsion au HAC : Nséké (80e).

HAC : Fofana (Gorgelin, 39e) - Sangante, Gibaud, Touré - Baldé, Richardson (Bonnet, 70e), Abdelli, Boura (Nséké, 46e) - Cornette, Abline, Alioui (Thiaré, 70e)

Entraîneur : Paul Le Guen.

CAEN : Riou - Vandermersch (Armougom, 80e), Oniangué, I. Cissé, Diani, Abdi - Court (Wadja, 65e), Lepenant, Deminguet (cap) - Da Costa, A. Mendy (Jeannot, 76e).

Entraîneur : Stéphane Moulin.

« La fête était partout, sauf sur le terrain »

Paul Le Guen (entraîneur du Havre AC) : « Une déception par rapport au résultat. Quand on revient à 1-1, j’ai le sentiment qu’on est sur le bon chemin, capable de tenir un bon nul. C’est dommage. Après la pause, on est revenus avec des intentions intéressantes, on a réussi à emmener le public avec nous et je pensais même qu’on pouvait gagner ce match. On a fait une première période quelconque, mais je trouve que l’arbitre a été quelconque tout le match. J’espérais qu’on retrouve les vertus de la première partie de saison. On a commencé le match avec huit ou neuf joueurs de moins de 22 ans et on voit la différence avec une équipe comme Caen qui est plus mature, plus puissante, même si on avait de quoi la bousculer. Il va falloir serrer les boulons pour faire une fin de saison consistante. Mais on s’aperçoit qu’avoir un effectif d’une telle jeunesse, c’est fragile. »

Alexandre Bonnet (milieu de terrain du HAC) : « C’est un peu le scénario catastrophe. La fête était partout, sauf sur le terrain. C’est difficile de perdre ce derby sur un score si sévère… C’est une fête gâchée. On était timorés, fébriles, un peu perdus, on a eu du mal à assumer le jeu. Caen a su créer des décalages et la première mi-temps a été difficile. Après, je vais essayer d’être calme, mais l’arbitrage a été catastrophique. Avant le penalty pour Caen, il y a une main, et je crois qu’après, il y a un penalty sur Jamal (Thiaré) qui n’est pas sifflé. Il y a deux-trois décisions qui auraient pu faire basculer le match en notre faveur. On est vraiment énervés. Quant à l’affluence, le fait qu’il y ait eu du monde, oui, ça joue, mais c’est pour ça qu’on fait ce métier. On avait tous hâte de jouer. C’est dommage… Maintenant, on sort de trois défaites consécutives, il va falloir s’accrocher. »
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football – Ligue 2 : les anciens du HAC si heureux de se retrouver

Toutes générations confondues, nombre d’anciens joueurs du Havre AC ont rallié samedi 19 mars 2022 le Stade Océane à l’invitation du club doyen, à l’occasion du duel entre Havrais et Caennais, pour célébrer son 150e anniversaire.

Certaines légendes du HAC, comme Vikash Dhorasoo et Alain Cavéglia, étaient réunies et ont fait un tour d’honneur à la mi-temps du match

« Il y en a qui boitent, d’autres qui ont des cheveux blancs. » Joël Beaujouan s’est pris au jeu du grand bond en arrière, un retour sur ses quatorze années en ciel et marine, adjoint et coach jusqu’à décembre 2000. Il ne boite pas, mais oui, ses cheveux ont blanchi. Mais il était surtout si heureux de pouvoir serrer quelques louches, claquer quelques bises. Car dans le salon dédié aux anciens, avant qu’ils ne partent à la rencontre du public, il y avait du beau monde.

Des historiques, de ceux qui ont marqué leur passage. Comme Serge Amouret, défenseur central de cette équipe qui propulsa le Havre AC en D1, un soir de mai 1985. « Ce final en apothéose face à Mulhouse reste gravé comme si c’était hier. Et ce public ! On était une bande de treize joueurs, des potes, soudés, il n’y avait pas de grands noms, mais quel groupe. Et quel entraîneur (Didier Notheaux), malheureusement disparu. »

« Une pensée pour mon ami Christophe (Revault) »

Aux côtés d’Amouret, Patrick Martet, le grand Pat – « vous avez vu, moi, j’ai toujours la même coupe de cheveux ». Martet, c’est le début des années 80, l’un des membres de cette triplette infernale, des buts, encore et encore des buts. « Avec Zarko (Olarevic) et Philippe (Prieur), qu’est ce qu’on a pu faire mal ! J’ai passé quatre années au HAC, toutes merveilleuses, auprès de gens formidables. » Formidables, ils le sont tous, ces anciens. Et certains ne peuvent garder au secret quelques regrets, du moins un, on ne peut plus légitime. À l’image de Mamar Mamouni, défenseur (1996-2002) et international algérien. « J’aimerais vraiment qu’il y ait un peu plus d’anciens au club. Parce que oui, le HAC, je l’ai en moi. C’est ici que j’ai signé mon premier contrat pro. »

Et des néo-pros, Abdel Djaadaoui en a mis sur les rails. Lui qui a fini au Havre AC sa carrière de joueur, lui qui a ouvert le centre de formation en 1984. « Je suis arrivé à 35 ans, j’ai signé deux ans comme joueur et le président Hureau m’avait dit dès le premier jour que j’ouvrirais le centre une fois ma carrière terminée. Il a tenu parole et j’y suis resté douze ans. » Avec à la clé, une victoire, la seule, en Gambardella (1989).

« Le fait d’être là, ça représente tellement de choses, glisse de son côté Alain Caveglia. À mon premier passage ici (1994-96), j’ai été appelé en équipe de France A’. Puis quand je suis revenu (2000), on a fini par monter en D1 (2002). Et en cette journée, je veux également avoir une pensée pour mon ami Christophe (Revault). » Revault, avec lequel Jean-Michel Lesage croqua les émotions d’une accession, la dernière en date (2008). « Ce club m’a tout donné, confie « Lucky Lesage ». J’y ai rencontré des joueurs extraordinaires et j’ai lié avec le public quelque chose de fabuleux. » Fabuleux, comme l’était cet après-midi, en coulisses et dans les travées du moins.
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : la suite s’annonce longue pour le HAC, si longue…

Le match du 150ème anniversaire a fait mal à toutes les têtes. Parce que le Havre AC s’est lourdement incliné, parce qu’il s’agissait de la troisième défaite de rang, parce que c’est Caen qui donnait la réplique. Parce que la phase retour prend une tournure tout simplement catastrophique.

Bonnet qui tente de réconforter un Gorgelin auteur d’une terrible erreur dans le temps additionnel, la détresse d’une formation havraise en perdition lors de cette phase retour

Ils avaient annoncé qu’ils mettraient la contestation de côté. Parole tenue. Mais dans la foulée du coup de sifflet final, ils n’avaient pas franchement le cœur à la communion. Lorsque les Ciel et Marine se sont avancés vers le Kop, doucement, en rang desserré, quelques sifflets sont tombés.

La défaite, cinglante tant sur le fond que dans la forme, ne passait pas. Déjà contrariés par ce tifo, de 70 mètres de long sur 25 mètres de large, qui se déchira à peine entièrement déployé, les fans n’entendaient pas remercier des joueurs qui les ont déçus. 150ème anniversaire, ou pas. Eux avaient fait leur job, eux avaient été raillés par des supporters caennais forcément d’humeur moqueuse, alors que sur le pré, le minimum avait été offert.
Non pas que les hommes de Paul Le Guen aient triché, se soient cachés, mais l’intensité mise fut à l’image de ce qu’est devenu le Havre AC, à savoir une institution aux ambitions minimalistes. C’est plat, c’est fade. Et samedi, tout au long de la première période, ces quarante-cinq premières minutes qu’il aurait fallu inscrire sous le signe de la folie afin d’emmener les 18 600 spectateurs vers quelques émotions, l’opération séduction fit pschitt…

La jeunesse de l’effectif, un choix à assumer
Des Ciel et Marine comme on les a trop souvent vus à domicile cette saison (déjà 29 points perdus), comme lors de la précédente (37 points offerts aux visiteurs), sans peps, si ce n’est par instants, sans audace, sans idées, menés qu’ils furent dès la 38e et déjà si près de la correctionnelle juste avant la pause quand le Caennais Mendy trouva le poteau (45e+3). Alors oui, il y eut ce semblant de révolte et cette égalisation de Thiaré (72e). Pour un nul qui aurait largement suffi au bonheur de Paul Le Guen, en mal de leviers afin d’éviter au Havre AC de plonger au classement.

Car force est de reconnaître que la phase retour (voir par ailleurs) est diamétralement opposée à la phase aller en termes de résultats et de performances collectives. Retrouver le HAC en sixième position, encore et toujours, malgré ses trois revers concédés en sept jours (face à Nîmes, Dijon et Caen), n’est ainsi que miracle, comme un leurre très certainement appelé à disparaître dans le temps. À ce rythme, c’est un wagon de poursuivants qui filera en effet sous le nez de Havrais qui, non seulement ne progressent pas, mais régressent.

Et comment peut-il être possible de se cacher derrière la jeunesse de l’effectif, quand tout le monde a cautionné le projet en début de saison, quand cet hiver, le choix fut fait de se séparer des 34 ans de Boutaïb (4 buts et 1 passe en 7 matches avec le Paris FC) pour 250 000 euros (et non 500 000), plus 200 000 en cas d’accession du PFC, afin d’ouvrir la porte aux 18 ans d’Abline ?

L’option jeune a été choisie, sans demi-mesure, il s’agit désormais de l’assumer, et non de l’utiliser comme un bouclier. Samedi, c’était jour anniversaire, un jour pour se sublimer, un jour où le HAC, élu plus belle proie de la semaine qui vient de s’écouler, s’est encore raté… Les têtes sont lourdes et la suite s’annonce interminable.

Le chiffre : 9

Depuis le coup d’envoi des matches retour, les Ciel et Marine, scotchés sur la plus dramatique des séries en cours (3 revers de rang), ne sont parvenus à piocher que neuf points sur les trente-trois mis en jeu. Soit deux succès, trois nuls pour déjà six défaites, dont quatre concédées au Stade Océane (face à Sochaux, Bastia, Nîmes et Caen).

Mais que les Havrais se rassurent, sur cette même période de onze journées, durant laquelle ils ont concédé dix-huit de leurs trente et un buts (seul Nancy a fait pire, 19), il y a plus sombre bilan. QRM, aujourd’hui dix-huitième et barragiste, n’a engrangé que sept points, alors que Rodez, tombé à la dix-septième place, n’a pu en gratter que cinq.
Avatar du membre
mHACcauv
Ligue 2
Ligue 2
Messages : 1562
Enregistré le : 04 mai 2021 21:26

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par mHACcauv »

Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football : Mohamed Koné, de la « B » du HAC à la sélection ivoirienne

Troisième gardien du HAC, titulaire en N3 avec la réserve, le joueur arrivé de Torcy il y a deux ans a été appelé à la surprise générale en sélection ivoirienne, opposée à l’équipe de France vendredi 25 mars 2022 au Vélodrome, puis à l’Angleterre mardi 29 mars 2022 à Wembley.

S’il s’entraîne au quotidien avec les pros, Mohamed Koné évolue chaque week-end avec l’équipe réserve du HAC en National 3

De la Cavée Verte au Stade Vélodrome et Wembley. De Romilly/Pont-Saint-Pierre aux champions du monde en titre et vice-champions d’Europe. Ainsi Mohamed Koné va-t-il radicalement changer de décor et d’adversaires en l’espace d’une semaine. Dernier rempart de la « B » du HAC face au club eurois le week-end dernier (3-0), le gardien de 20 ans s’est échappé peu après pour rejoindre le groupe des 25 Ivoiriens retenus par le sélectionneur Patrice Beaumelle en vue des matches amicaux face à l’équipe de France, ce vendredi dans le temple du football marseillais, puis l’Angleterre, mardi prochain au cœur de la plus prestigieuse enceinte londonienne.

Le Guen « surpris par sa convocation »

Une transition aussi brutale qu’inattendue. « Nous avons été les premiers surpris par sa convocation », ne cache pas Paul Le Guen, coach d’une formation ciel et marine au sein de laquelle le natif d’Adjamé, dans la banlieue d’Abidjan, n’a encore jamais eu l’occasion de pointer le bout de ses gants. Six bancs, à chaque fois que Mathieu Gorgelin fut en délicatesse avec son épaule, et des séances d’entraînement quotidiennes au centre technique de Soquence : voici à quoi se résume pour l’heure la carrière de Mohamed Koné chez les professionnels. Un statut dont ne bénéficie même pas encore celui qui était arrivé à l’été 2020 en provenance des U19 Nationaux de l’US Torcy, après un passage par le Neuilly-Plaisance FC.

« Il est arrivé chez nous par le biais d’agents avec lesquels nous avons l’habitude de travailler, raconte Franck Sale, directeur du recrutement à la formation. Des gens dont nous connaissons le sérieux et qui eux connaissent nos exigences et notre réputation en matière de formation des gardiens. Ils nous ont parlé de ce garçon intéressant en région parisienne. L’opportunité de recruter un gardien nous intéressait. Nous l’avons donc invité à venir faire un essai et il a rapidement séduit tout le monde par ses qualités. Cela fait partie des spécificités de ce métier : parfois, il nous faut faire des milliers de kilomètres pour découvrir un jeune talent. Et, d’autres fois, un simple coup de fil suffit. »

Une deuxième saison moins aboutie

Enrôlé sous contrat stagiaire, Mohamed Koné a traversé sa première saison en ciel et marine au sein de la catégorie U19. Avant donc d’intégrer les séances des pros et de croquer du temps de jeu le week-end avec la N3. « Autant sa première saison fut prometteuse, autant celle-ci est plus contrastée, tient à tempérer Paul Le Guen. Même si ça va mieux pour lui depuis quelques semaines. » « Etant arrivé en France à l’adolescence, il a eu quelques formalités administratives à régler durant la première partie de saison. Des soucis qui l’ont, je crois, pas mal perturbé. Ce n’est sans doute pas un hasard s’il a retrouvé son niveau depuis que tout est rentré dans l’ordre », tente pour sa part d’expliquer François Rodrigues, qui l’a eu sous sa coupe en U19.

Reste une interrogation à lever : pourquoi donc Patrice Beaumelle a-t-il appelé au milieu des Kessié (Milan), Haller (Ajax) et autre Pépé (Arsenal), ce jeune portier dont les principaux atouts reposent à ce jour sur un joli potentiel et une flatteuse réputation ? La réponse se trouve sans doute dans la date de naissance des deux gardiens convoqués avec lui, Badra Ali Sangaré (35 ans, JDR Stars, Afrique du Sud), titulaire lors de la dernière CAN en raison de la suspension de Sylvain Gbohouo (33 ans, Wolkite Ketema, Ethiopie), et Abdoul Karim Cissé (36 ans, ASEC Mimosas, Côte d’Ivoire).

Le HAC veut le faire signer pro

Avec Koné, le sélectionneur français des Eléphants prépare ainsi clairement l’avenir, même si d’autres options existent (Eliezer Ira Tapé, 23 ans, San Pedro, Côte d’Ivoire/Nicolas Tié, 20 ans, Guimarães, Portugal). « Momo va se retrouver avec un statut d’international alors qu’il est loin d’en avoir le niveau, souffle cependant Paul Le Guen, conscient que cette promotion soudaine ne fera pas forcément les affaires du HAC dans les négociations visant à lui faire parapher son premier contrat pro. Il va rester avec nous et nous allons continuer à le développer, soutient malgré tout le manager havrais. Mais il a encore beaucoup de chemin à parcourir. » Lequel passera donc par deux des monuments du football européen ces prochains jours.

Un gardien « explosif », « travailleur », mais encore trop « réservé »
Si les qualités de Mohamed Koné n’ont pas encore éclaté au-delà des frontières du National 3, elles font déjà de l’Ivoirien un solide espoir du Havre AC. « Il dégage d’abord beaucoup de sérénité, au travers notamment de son excellent jeu au pied, indispensable aujourd’hui chez un gardien, détaille François Rodrigues, comparant le profil du jeune Hacman à celui du Lyonnais Anthony Lopes. Dans le sens où il va compenser son déficit de gabarit (1,84 m) – comparé à l’archétype du gardien moderne proche des 2 mètres – par une explosivité hors norme. Il possède un sacré jump, une détente vertigineuse. »

Entraîneur des gardiens à la formation, Ghislain Chauray est arrivé à la Cavée Verte en même temps que l’ancien de Torcy à l’été 2020. « Les qualités, il les avait déjà, je l’ai surtout accompagné pour l’aider à aller chercher le haut niveau, en instaurant par exemple une routine de travail, explique le technicien, pour qui le natif d’Adjamé doit encore « s’affirmer » pour franchir un cap. Momo est un garçon très à l’écoute, attentif, travailleur, mais il est encore trop réservé. Il faut qu’il prenne de l’envergure, de la place, qu’il communique davantage. »

L’ex-Fécampois reste marqué par sa première rencontre avec Mohamed Koné, dans les bureaux de la Cavée aux côtés de François Rodrigues. « Son parcours de vie n’a pas été évident, il était touchant. Sa passion pour le foot transpirait, ses yeux brillaient à l’évocation d’une éventuelle carrière pro, du HAC, des glorieux gardiens passés ici. » À commencer par Steve Mandanda, l’une de ses principales sources d’inspiration.
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le HAC se prépare à un chantier d’envergure

À huit journées d’un verdict qui laissera le Havre AC plus ou moins loin du Top 5, se dessinent tout doucement les contours de la saison prochaine. Le point sur les hommes appelés à quitter le club doyen, sur ceux qui devraient poursuivre l’aventure en ciel et marine.

En fin de contrat, Jean-Pascal Fontaine pourrait s’envoler à l’issue de la saison vers sa Réunion natale et s’engager en faveur de la JS Saint-Pierroise

Clap de fin

C’est signé depuis plusieurs semaines. Au terme de son unique saison pleine, Yahia Fofana (21 ans) rejoindra cet été Angers et la Ligue 1, via un contrat de quatre ans. C’est libre qu’il quittera la Porte Océane.

Appelés également à vider définitivement leur casier au centre d’entraînement de Soquence, les prêtés que sont Thierno Baldé et Ismaël Boura retrouveront respectivement leurs marques au PSG, du moins dans un premier temps, et à Lens, où le latéral gauche bénéficie de la confiance de Franck Haise, l’entraîneur des Sang et Or.

Sauf retournement de situation, ce qui n’est jamais à exclure, et après vingt-deux années de fidélité au HAC (344 matches actuellement au compteur), club qu’il a rejoint à l’âge de 11 ans en provenance de l’île de la Réunion, Jean-Pascal Fontaine (33 ans), dont le contrat arrive à terme, devrait rallier l’île de l’océan Indien et peut-être retrouver cet été la formation de ses débuts, la JS Saint-Pierroise. Où l’on parle également d’un possible retour de Guillaume Hoarau, actuellement au FC Sion (Sui).

Autre départ quasi inéluctable, celui de l’international tunisien Ayman Ben Mohamed (27 ans). Trois ans après son arrivée de l’Espérance Tunis (Tun), le natif de Londres n’est jamais parvenu à s’imposer. Neuf titularisations en 2019-20, onze en 2020-21 avant d’être prêté à Denizlispor (Tur) où il s’est blessé gravement à un genou, et de retour seulement à la compétition le 12 mars face à Nîmes (0-1, 28e j.). Si Le Guen apprécie l’homme, le salaire du joueur, l’un des plus gros de l’effectif, ne permet pas d’entrevoir la moindre offre de prolongation. À moins que le défenseur/milieu ne consente à une considérable baisse de ses émoluments.

Prolongés, ou pas ?

L’incertitude les accompagnera encore pour quelques jours, quelques semaines. Leur contrat arrive également à expiration, et pour l’heure, la direction du club ne les a pas encore approchés dans le cadre d’une prolongation. Avec le risque que les joueurs en question scellent d’ores et déjà un accord loin du Havre.

On pense notamment à Quentin Cornette (28 ans). Actuel meilleur buteur (6) et meilleur passeur (6) du HAC, l’ex-Amiénois, formé à Montpellier, suscite l’intérêt de quelques chasseurs de têtes. Son nom circule déjà du côté de Dijon. On pense également à Pierre Gibaud (34 ans le 28 avril), homme de base d’une défense qui le vit guider nombre de jeunes cette saison. Lavallois de naissance, formé au Stade Lavallois, peut-être, on dit bien peut-être, regarde-t-il d’un œil très attentif la percée des Tango vers la L2.

Et Himad Abdelli ? À 22 ans, le « gamin » du Mont-Gaillard profite de cette phase retour pour enfin s’installer dans le « onze ». Paul Le Guen le sait talentueux et ne semble plus pressé de le voir quitter le club doyen. Ce club auquel Alexandre Bonnet (35 ans) appartient depuis… 2009. Comme il y a un an, comme il y a deux ans, le capitaine havrais bascule sur le mois d’avril sans savoir s’il sera prolongé (d’un an), sans même disposer de quelques indices quant à une possible reconversion au sein du Havre AC.

Enfin, dans la foulée d’un prêt débuté en janvier, Matthis Abline (19 ans), sous contrat avec le Stade Rennais jusqu’en 2025, pourrait faire l’objet d’une offre de prolongation (de prêt). Aboutira-t-elle ?

Révélés et… transférés

Puisque le HAC ne peut leur « vendre » la Ligue 1, puisqu’à l’instar de nombreux clubs, qu’ils soient de L1 ou de L2, il devient impossible de verrouiller les plus grands espoirs, comment imaginer Isaak Touré , international U19, et Amir Richardson, international U20, rempiler une saison de plus ? Touré suscite l’intérêt de clubs français (Lyon et Marseille) et étrangers, le Bayern Munich (All), entre autres pensionnaires de Bundesliga, le surveille même d’un œil attentif. Quant à Richardson, ses vingt-six apparitions (total provisoire), pour sa première saison à ce niveau, lui permettent d’avoir d’ores et déjà l’embarras du choix.

International également (U19), Abdoullah Ba , un temps pisté par l’OGC Nice, s’est quant à lui quelque peu perdu cette saison (7 titularisations). Sa cote a-t-elle pour autant fondu ? À 18 ans, et un talent bien réel, son nom reste bien évidemment ancré à l’esprit des scouts français et étrangers.

A priori, ils resteront

Prolongé jusqu’en 2025 en octobre dernier, Mathieu Gorgelin (31 ans), destitué de son statut de numéro 1 cette saison, gardera sur les épaules le maillot du HAC. Tout comme l’actuel numéro 3, Mohamed Koné (20 ans), récemment appelé avec les Éléphants de la Côte d’Ivoire (resté sur le banc face à la France et l’Angleterre), auquel une proposition de premier contrat pro a été faite.

En défense, Fernand Mayembo (26 ans), bien qu’un brin déçu par le peu d’ambition du club, restera en poste, tout comme Arouna Sangante (20 ans le 12 avril), néo-pro à la faveur d’une rigueur sans faille et d’une frappante progression. Cette même progression qui pourrait permettre à Aristide Wam (20 ans) de se révéler en 2022-23. Nolan Mbemba et Abdelwahed Wahib, peu utilisés, devraient également être du rendez-vous, fin juin, à l’heure de la reprise.

Tout comme Victor Lekhal (28 ans), même si celui-ci aspire toujours à vivre de nouvelles émotions sous des couleurs différentes, Nabil Alioui (23 ans), aux performances toujours aussi irrégulières, Pape Ibnou Ba (29 ans), qui ne pourra rééditer sa pâle première saison au Havre AC (2 buts pour l’heure), Jamal Thiaré (29 ans), dont l’état du genou laisse toujours planer une certaine inquiétude. Mais aussi Elies Mahmoud (21 ans), attendu comme une rotation efficace sur le flanc droit, sans oublier Josué Casimir (20 ans) et Ylan Gomes (19 ans), deux purs produits de la Cavée Verte toujours bloqués au pied de la dernière marche.
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : et maintenant, le HAC doit conjuguer l’avenir au présent

Dix points derrière Sochaux (5e), trois points devant Dijon (12e), le Havre AC, tombé lors des trois dernières journées et attendu ce samedi 2 avril 2022 à Pau (9e), se doit d’expédier au mieux les affaires courantes tout en arrêtant d’ores et déjà sa stratégie pour la saison prochaine.

Prêté par le Stade Rennais, Matthis Abline se verra proposer par Paul Le Guen la possibilité de poursuivre l’aventure havraise jusqu’en mai 2023

Les revers concédés face à Nîmes (0-1, 28e j.), Dijon (0-2, 29e j.) et Caen (2-4, 30e j.) ont condamné les Ciel et Marine au simple rôle de spectateurs, largués qu’ils sont dans cette course à l’accession dont ils n’auront été que d’éphémères acteurs. Pour ceux qui faisaient du maintien l’unique objectif, la saison restera aboutie, pour ceux qui rêvaient, au moins d’un ticket d’entrée aux play-offs, les dernières étapes du parcours manqueront singulièrement d’intérêt.

Ce soir, sur la pelouse du Nouste Camp, les hommes de Paul Le Guen auront donc pour seul défi de s’accrocher à cette sixième place que peuvent désormais leur contester Caen, Niort, Nîmes, Guingamp, Dijon, mais aussi Pau (9e), l’hôte de ce samedi. Sur le pré, l’idée sera de sortir la tête du seau. Mais c’est en coulisse que la partie la plus importante se joue désormais au HAC. Quid des intentions de la direction sportive quant à l’effectif actuel et aux priorités en termes de recrutement ?

« La saison prochaine sera à haut risque »

« On n’a pas encore pris de décisions définitives, mais on a dessiné des tendances, confie Paul Le Guen. Il va falloir se positionner d’ici un petit mois. » Sont notamment ciblés, à ce stade d’une réflexion appelée à évoluer, deux latéraux, un défenseur central, un milieu relayeur, un excentré et un attaquant. Avec à l’esprit, une saison 2022-23 durant laquelle seules deux écuries accéderont en Ligue 1 (suppression momentanée des play-offs), quand quatre autres tomberont directement en National. Soit les conséquences du passage de vingt à dix-huit clubs en L1 au coup d’envoi de l’exercice 2023-24.
« On doit vite constituer une base qui puisse sécuriser notre prochaine saison, car avec ces quatre descentes, elle sera à haut risque et on serait fou de ne pas l’avoir à l’esprit. J’avoue que ça me fait peur. Les dirigeants en ont également conscience. Il ne faut donc pas traîner et ne pas reporter les décisions. »

Et très certainement, la première des décisions sera d’injecter une forte dose d’expérience au sein d’un effectif très, même trop jeune. « La jeunesse, c’était un pari, oui, mais rappelons que celui-ci était un peu contraint », note « PLG ». Contraint par l’obligation de faire fondre la masse salariale. Celle qu’il n’est plus possible d’étrangler, sauf à aller droit vers une catastrophe.

« Le président nous demande bien évidemment d’être très attentifs, explique Le Guen. Mais à l’inverse de l’an passé, il n’est pas imposé de baisser la masse salariale. Cela nous donne une vraie marge de manœuvre. Alors on essaie de se positionner, de ne pas se faire doubler, mais actuellement, les joueurs libres que j’ai contactés m’expliquent qu’ils souhaitent prendre leur temps. » Ce temps que prendront peut-être pour la réflexion Matthis Abline et Thierno Baldé, deux joueurs actuellement prêtés, par le PSG et le Stade Rennais, sur lesquels Paul Le Guen aimerait s’appuyer la saison prochaine.

Mais avant de basculer, huit journées restent à consommer, dont une ce soir à Pau, là où Grenoble s’est récemment imposé (1-0, 29e j.).

Trois questions à Jamal Thiaré (attaquant du HAC)
Quatre mois d’absence, trois bouts de match et une titularisation. Physiquement, mentalement, tout est-il rentré dans l’ordre ?

« J’ai vraiment souffert pendant mon absence, je me sentais seul. Mais aujourd’hui, tout est en place, même si je fais encore attention. J’ai bossé dur pour ça et j’aurai mon mot à dire en cette fin de saison. J’en ai les qualités. Le but inscrit face à Caen (NDLR : son quatrième de la saison) m’a redonné confiance, même si ça n’a pas empêché notre défaite. »

Le HAC n’a plus rien à espérer, rien à craindre, le HAC sort d’une terrible désillusion face à Caen (2-4, 30e j.). Faut-il au groupe se faire violence pour finir cette saison ?

« C’est vrai que la spirale est négative. Face à Caen, il s’agissait d’un match capital, important pour le club, pour la ville, et on l’a perdu, mais il faut vite se remettre à l’endroit, retrouver ces bases qui faisaient notre force en première partie de saison. »

Avec un peu de recul, comment expliquez-vous le fait que le HAC ait à ce point craqué dans la foulée d’une phase aller réussie ?

« Le fait de prendre beaucoup de buts, alors que la solidité était notre atout avant la trêve hivernale, a fait mal à toutes les têtes. Je ne parle pas uniquement de la défense, mais d’une équipe entière qui n’est plus aussi compacte. Face à Caen, on a pris beaucoup de trop de vagues. Alors oublions vite cette défaite, les trois dernières même, pour repartir de l’avant. »
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le HAC ne ressemble plus à rien…

Samedi 2 avril 2022 à Pau, le Havre AC a concédé sa quatrième défaite de suite et tombe à la dixième place. Cette phase retour tourne décidément au ridicule. Et ce n’est pas fini.

Jamal Thiaré et les Havrais avaient pourtant pris le match par le bon bout, avant de perdre le contrôle à Pau

Après Nîmes, après Dijon, après Caen, c’est Pau qui a fait du Havre AC sa proie, pour un quatrième couac de rang, une première depuis une triste série de cinq défaites d’affilée concédées en mai… 2011. Depuis, jamais le HAC n’avait subi tel affront, depuis, rarement le club doyen n’avait dévoilé un si triste visage. Celui avec lequel les hommes de Paul Le Guen traversent une phase retour désormais émaillée de sept revers (en douze matches), pour seulement deux modestes succès, aux dépens d’un condamné (Nancy), ou presque, et d’un menacé (QRM).

Le président Vincent Volpe a eu beau insister au micro de France Bleu Normandie, avant que ses joueurs ne prennent la marée face à Caen (2-4), sur le fait que le club doyen disposait d’une équipe compétitive les faits sont là. Les hommes de Paul Le Guen, à de rares exceptions, n’ont plus rien de compétiteurs. Ou ont d’ores et déjà pour certains la tête ailleurs, à l’image de Yahia Fofana, bien moins décisif depuis qu’il sait qu’une place l’attend à Angers et en Ligue 1.

Ce samedi 2 avril 2022, il fut ainsi trop facile pour Romain Armand de piéger le numéro 1 du HAC sur le premier but des Béarnais (36e), celui de l’égalisation, cette action qui vit également la défense havraise bien statique. Tout comme s’amusa Zakaria Naïdji sur la réalisation du succès palois, d’une frappe excentrée et magnifique, alors que Fofana revenait au petit trot d’une sortie lointaine (73e). Néanmoins, faire du portier havrais l’unique responsable de ce nouvel échec serait prendre un mauvais raccourci. Car la vue d’ensemble fait actuellement froid dans le dos.

Le HAC récolte ce qu’il a semé

On accordera tout juste une mention à Matthis Abline, l’homme qui ouvrit le score d’un duel remporté avec Bajic (23e), sur un service de Jean-Pascal Fontaine. Une autre à Himad Abdelli pour avoir tenté, avec plus ou moins d’inspiration, d’injecter une touche technique. Et une dernière à destination d’Arouna Sangante, à l’origine du dernier moment chaud de la soirée, d’une frappe venue finir sa course sur le haut de la transversale (90e+2). Le 4-1-4-1 mis en place pour l’occasion n’aura donc guère fait oublier les lacunes affichées en 3-5-2 ou en 4-4-2. Les Ciel et Marine ont perdu le fil. Collectivement, ils ne dégagent plus rien. Et à ce rythme, attendre d’eux qu’ils s’accrochent à l’idée d’en finir dans la première moitié du tableau flirte avec l’utopie.

La politique de recrutement estivale, le mercato hivernal qui ne se déroula qu’à travers la communication - « On va jouer notre carte à fond », nous avait confié Pierre Wantiez à la trêve - alors qu’un vide au sein du vestiaire se fit sentir au départ de Boutaïb (pour le Paris FC, s’il vous plaît)… Tout cela se paye depuis des semaines, voire depuis trois mois. Et peut-être n’est-ce pas du seul fait d’un manque de moyens financiers.

Certains clubs travaillent, et bien, lorsque vient le moment de renforcer les troupes, quand le Havre AC bricole ou multiplie les mauvaises pioches. Le boss en avait voulu pendant des mois à Oswald Tanchot pour le cas Bazile, depuis, Le Guen a remplacé Tanchot, mais des « Bazile », sans doute à un tarif supérieur, il y en a eu d’autres. Sans que cela ne provoque aucune vague. Allez, encore un ou deux points, et le maintien sera mathématiquement acquis. Chouette…

À Pau, Pau bat le HAC 2 à 1 (1-1)

Arbitre : M. Angoula. Spectateurs : 2 713.

Buts pour Pau : Armand (36e), Naïdji (73e) ; pour le HAC : Abline (23e).

Avertissements à Pau : Kouassi (90e) ;

au HAC : Gibaud (47e).

PAU : Bajic - Kouassi, Batisse (cap), Boto - Armand (A. Ndiaye, 84e), Daubin, Sylvestre (C. Gomis, 84e), Evan’s - Lobry (Poha, 71e) - El Melali (Khassa, 71e), Essende (Naïdji, 63e).

Entraîneur : Didier Tholot.

HAC : Fofana - Mbemba (Richardson, 58e), Sangante, Gibaud, Wahib (Ben Mohamed, 77e) - Bonnet (cap) - Cornette (Alioui, 77e), Fontaine, Abdelli (Gomes, 88e), Thiaré - Abline.

Entraîneur : Paul Le Guen.

Les notes du HAC :

Fofana (3,5), Mbemba (4), Sangante (5), Gibaud (5), Wahib (4), Cornette (3,5), Fontaine (4,5), Abdelli (5), Bonnet (4,5), Abline (5,5), Thiaré (4).

Le Guen : « une désillusion »

Paul Le Guen (entraîneur du HAC) : « Une désillusion… On mène au score et… Il y a quelques mois, on n’aurait pas pris ces buts, on était plus rigoureux. Les choses ont changé. Les joueurs ne lâchent pas, mais on est moins bons. L’équipe a obtenu des résultats au prix de ténacité, de combativité, on a fait treize matches sans encaisser de but, en étant au maximum de nos possibilités. Là, notre équipe est devenue moyenne, voire très moyenne. Par moments, on fait illusion, mais on a perdu l’envie de faire un résultat, de le conserver. On reste une bonne petite équipe, mais fragile. Quant à Yahia (Fofana), il fait une phase retour inférieure à la phase aller, il s’entraîne moins bien, je le lui ai dit. Il a signé ailleurs, les esprits sont distraits, la concentration est différente. C’est un bon garçon et j’espère qu’il va retrouver la plénitude de ses moyens. Il faut qu’il finisse bien avec nous. Changer de gardien ? J’y ai réfléchi et j’y ai renoncé, parce que lorsque je me lance sur une saison avec un gardien, j’aime aller au bout. Je n’ai pas la mémoire courte, je sais ce que Yahia nous a apporté. Je n’ai pas voulu le sanctionner. »

Sangante : « Ça va être difficile »

Arouna Sangante (défenseur du HAC) : « On n’a pas assuré. On était bien parti et l’égalisation nous a coupés. On prend des buts sur deux erreurs, sur deux fautes de concentration, sur une absence de communication. En ce moment, c’est un peu compliqué, quatre matches, quatre défaites. Il faut que tout le monde montre de l’envie, mais s’il y en a qui ont déjà la tête ailleurs, ça va être difficile. »
Répondre