[REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Forum infohac.com - Réagissez sur les résultats et sur l'actualité du Havre Athletic Club, venez discuter HAC et Football entre supporters et participer aux débats, sondages, coups de gueule...
Répondre
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : il manque l’essentiel, encore et toujours

Globalement dominateurs, les Ciel et Marine n’ont pu piocher que le point du nul, samedi soir sur la pelouse de Niortais sans inspiration. Pour la deuxième fois à la suite, le Havre AC n’a ainsi pu trouver le chemin des filets et manque une nouvelle occasion de se rapprocher du Top 5.

Titularisé pour la première fois à Niort, Matthis Abline, bien servi par Nabil Alioui, a trouvé le poteau sur une lourde frappe décochée à la demi-heure de jeu

Du déjà-vu. Des Havrais qui maîtrisent leur sujet, qui semblent un cran au-dessus collectivement, techniquement, mais des Ciel et Marine qui auraient sans doute pu ce samedi à Niort jouer des heures, peut-être même la nuit entière, sans trouver la faille. Sans inscrire ce but, ce seul but, qui aurait permis au Havre AC de revenir à un point d’Auxerre, tenu en échec à Guingamp (1-1), et du Top 5.

Ce troisième nul à la suite, au cours de cette phase retour qui n’a toujours pas acté le moindre succès du HAC, laisse donc les hommes de Paul Le Guen face à leurs interrogations, du moins leur interrogation : marquer, oui, mais comment ? Ce onzième partage des points de la saison coïncide en effet avec un huitième match sans que les filets adversaires n’aient tremblé.

Abline, à quelques millimètres près

Dans sa course-poursuite, le club doyen peine ainsi à passer à la vitesse supérieure. Et même si à quelques millimètres près, peut-être cette soirée, face à des Chamois qui restaient sur trois succès de rang, aurait-elle pu basculer du bon côté. Quand à la réception d’une superbe inspiration d’Alioui, Abline, d’une puissante frappe, trouva le poteau (29e).

L’attaquant prêté par le Stade Rennais, pour sa deuxième apparition, sa première titularisation, joua ainsi de malchance, lui qui dut prendre ses marques sur fond de défi physique imposé par la très athlétique doublette Passi-Conte. Mais l’international U19, certes muet jusqu’à sa sortie (78e), laissa toutefois filtrer quelques belles promesses. Cela suffira-t-il à enfin booster un secteur offensif encore bien trop discret ? Un élément de réponse sera espéré le 14 février, lors de la réception de Bastia.

Mais en attendant, les Ciel et Marine rumineront quelques regrets. À l’image de leur précédente sortie, devant Rodez (0-0), le monopole du ballon ne leur servit à rien, ou presque. Certes, on vit très souvent Boura déborder, centrer, sans que jamais sa débauche d’énergie ne puisse être relayée d’un geste décisif de la part d’un de ses partenaires. Ce même Boura qui fut le seul en seconde période à réellement solliciter Braat, d’un coup franc que le portier niortais repoussa des deux poings (81e).

A l’extérieur, le HAC reste une proie quasi invincible
Les Chamois, eux, tentaient de percer à dose homéopathique, I. Sissoko, d’une tentative aussi lointaine que puissante, envoya le cuir au ras du poteau (69e), mais force était de constater que ce duel de chasseurs ne faisait guère frissonner. Et ce ne sont pas les trois changements effectués par Le Guen à la 78e, via les entrées en jeu de P.I. Ba, Bonnet et Fontaine, qui modifièrent le décor. Pieds et poings liés par sa faiblesse offensive, son manque de justesse parfois, le HAC ronronnait ainsi un peu trop pour espérer autre chose que ce seul point. Même si celui-ci confirme que loin du Stade Océane, le Havre AC reste une proie quasi invincible (1 défaite en 11 déplacements).

Les notes : Fofana (5,5), Mayembo (5,5), Gibaud (5,5), Touré (5,5), Baldé (5,5), Richardson (5), Abdelli (6), Boura (7), Cornette (5), Abline (5,5), Alioui (5).

« Un 0-0 qui laisse un goût amer »

Paul Le Guen (entraîneur du Havre AC) : « Je suis évidemment très satisfait de la qualité de notre jeu, je trouve qu’on a essayé de proposer ce que l’on est capables de faire de mieux, mais on n’a pas marqué. C’est dommage, car on a eu beaucoup de situations favorables. On rate une belle opportunité, car on a forcé Niort à beaucoup défendre. C’est un 0-0 qui laisse un goût amer. Notre première mi-temps aurait dû nous permettre de virer en tête, on les a bousculés, on a pris le jeu à notre compte, on tape le poteau, mais on ne concrétise pas. Autant face à Rodez, nous avions manqué de percussion, autant là, on a été percutants, dynamiques. On progresse dans tous les domaines, sauf dans l’efficacité. Mais je reste convaincu qu’on va parvenir à faire une série. Aujourd’hui, même si on tarde à gagner, je suis plus confiant qu’il y a deux mois. »

Sébastien Desabre (entraîneur de Niort) : « C’est la fin d’une série à trois matches en dix jours, sans prendre le moindre but. Nous sommes tombés face à une très belle équipe, Le Havre développe des qualités techniques bien au-dessus de la moyenne. Sur la première mi-temps, on a manqué de punch, de jus, c’était prévisible, l’idée était d’ailleurs de ne pas mettre de rythme. On ne s’est pas affolés et en deuxième mi-temps, on était mieux. On continue à avancer et je suis satisfait de la débauche d’énergie. »

A Niort, Niort et le HAC 0 à 0

Arbitre : M. Petit. Spectateurs : 2 021.

Avertissement au HAC : Richardson (74e).

NIORT : Braat – Moutachy, Conte, Passi, Yongwa – Louiserre (cap), Benchamma (Cassubie, 63e) – Boutobba, Renel (Zemzemi, 46e), Merdji – I. Sissoko (J. Mendes, 78e).

Entraîneur : Sébastien Desabre.

HAC : Fofana – Mayembo, Gibaud (cap), Touré – Baldé, Richardson (Fontaine, 78e), Abdelli, Boura – Cornette (Bonnet, 78e), Abline (P.I. Ba, 78e), Alioui (Mbemba, 89e).

Entraîneur : Paul Le Guen.
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : et si on mettait une pièce sur le HAC ?

Sixième, à « seulement » trois points de l’AJ Auxerre et du Top 5, le Havre AC, malgré ses difficultés à forcer les portes du succès, n’en reste pas moins dans la course aux play-offs. Est-il possible d’y croire ? Oui.

Himad Abdelli pourrait être l’un des grands acteurs de cette deuxième partie de saison

« On progresse dans tous les domaines, sauf dans l’efficacité. Mais je reste convaincu qu’on va parvenir à faire une série. » La réaction de Paul Le Guen, une fois acté le onzième match nul de ses joueurs, le troisième à la suite samedi à Niort (0-0), pourrait avoir l’accent de la méthode Coué. Ou quand se convaincre que le cours des choses permettra au Havre AC, dont la seule série lève le voile sur trois succès à la suite, de se mêler à la course, version accession.

« Le Havre développe des qualités techniques bien au-dessus de la moyenne », déclarait même Sébastien Desabre, l’entraîneur de Chamois mathématiquement en droit de croire, eux aussi, en un retour dans les traces de l’AJ Auxerre (5e), via ce match en retard à Grenoble (le 15/02). Et si le nul et vierge ramené samedi des Deux-Sèvres ne permet pas aux Ciel et Marine de franchir un cap, les raisons d’espérer en une qualification aux play-offs n’en sont pas pour autant vaines. Pourquoi ?

Parce qu’Auxerre… Tenus en échec à Guingamp (1-1), après être tombés à l’Abbé-Deschamps face au Paris FC (1-2) et avoir gratté un point à Ajaccio (1-1), les Auxerrois, battus à domicile par les Ciel et Marine à l’aube de la trêve hivernale (2-3, 19e j.), n’avancent pas un rythme d’enfer. Et restent à portée de succès des hommes de Paul Le Guen. La cinquième place « squattée » par les Icaunais semble ainsi bien fragile. Le Havre AC est à l’affût.

Parce qu’à l’extérieur… Deux équipes, seulement, ne se sont pas inclinées plus d’une fois à l’extérieur : Toulouse, l’impressionnant leader, et… le Havre AC. Dunkerque, lors de la 14e journée (1-0), a ainsi réalisé un petit exploit aux dépens de Havrais qui n’ont concédé que neuf buts en onze déplacements (seuls Toulouse et Ajaccio ont fait mieux). Rappelons que depuis le début de l’année 2021 (oui, 2021), deux fois seulement, en vingt et un voyages, le club doyen a été contraint à jeter l’éponge loin du Stade Océane, à Pau (le 27 février, 0-2) et donc à Dunkerque.

L’empreinte d’Abdelli

Parce que défensivement… À Niort, Pierre Gibaud et les siens ont signé un onzième match (en vingt-trois journées) sans encaisser le moindre but. Une performance de choix qui fait du Havre AC (16 buts concédés) la deuxième défense de Ligue 2 (derrière Ajaccio, 10 buts « contre »). Cela permet normalement de voir loin, cela contraste surtout avec une force de frappe qui n’a fait mouche que vingt-deux fois en vingt-trois journées.

Parce que Thiaré… Certes, l’attaquant sénégalais, même libéré du moindre souci physique, n’est peut-être pas l’un des buteurs les plus redoutés, redoutables, du championnat. Néanmoins, son activité, ses appels, sa capacité à provoquer des fautes et des penalties, à ouvrir des brèches, devrait permettre au HAC, si son retour venait à se confirmer pour la réception de Bastia (le 14/01), de viser plus haut. Et peut-être de faire sauter quelques verrous sur cette pelouse du Stade Océane où les hommes de Le Guen ont déjà laissé filer dix-neuf points.

Parce qu’Abdelli… Lorsque Paul Le Guen avance les progrès de ses hommes dans le jeu, on ne peut s’empêcher d’y voir l’empreinte d’Himad Abdelli. Titularisé pour la deuxième fois seulement samedi à Niort, celui qui joua un rôle prépondérant dans la réaction havraise face au Paris FC (2-2), d’une entrée en jeu fracassante à la pause, apporte une touche technique, d’audace, même si son talent doit lui permettre d’élever la barre encore plus haut. Son entente côté gauche avec Alioui et Boura pourrait représenter à très court terme une réelle menace pour les adversaires du HAC.
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football – Ligue 2 : des gardiens « made in » le HAC au SC Bastia

Thomas Vincensini, le numéro 1, blessé à l’épaule depuis mi-décembre, le SC Bastia, annoncé lundi soir au Stade Océane, s’appuie actuellement sur deux portiers formés et révélés sous les couleurs du Havre AC : Johny Placide et Zacharie Boucher.

Avec un contrat de six mois en poche, Zacharie Boucher espère se relance à Bastia.

Ou quand l’histoire se répète. Une décennie plus tard, 1 300 kilomètres plus loin. En Ligue 2 toujours. C’est à Bastia que se joue en effet ce remake avec pour principaux acteurs Johny Placide, 34 ans, et Zacharie Boucher, trentenaire le 7 mars.

Depuis le mois dernier, et l’arrivée de Boucher sur l’Île de Beauté, les deux hommes défendent ainsi les couleurs du Sporting. L’international haïtien en qualité de numéro 1, le Réunionnais dans un rôle de doublure. Comme en 2011-12, lorsque les deux gardiens formés à la Cavée Verte se tiraient la bourre sous les ordres de Cédric Daury. Sur les bases d’une hiérarchie identique à celle actuellement décidée à Bastia.

« C’est vraiment sympa de retrouver Johny (Placide) après toutes ses années. On n’a pas été formés ensemble, mais on a suivi le même cursus. C’est un vrai clin d’œil du destin. » Plus que de côtoyer à nouveau un numéro 1 dont il prit le relais, au HAC, lors de l’exercice 2012-13, celui qui vit Placide (voir par ailleurs) quitter la Porte Océane en plein hiver pour rejoindre Reims et la Ligue 1, Zach’ Boucher savoure surtout le fait d’avoir trouvé un club d’accueil. Et ce, après une période de six mois sur fond de chômage.

Revenu de Grèce l’été dernier, après une saison traversée dans les rangs de l’Aris Salonique, Boucher peina à trouver un challenge à son goût. « J’ai bien eu quelques contacts, fantaisistes pour certains, financièrement inintéressants pour d’autres. Alors j’ai patienté, tout en m’entraînant avec la « B » du Stade Malherbe de Caen. Pourquoi Caen ? Parce que c’est la ville de ma femme et nous étions installés là-bas. En tant qu’ancien du HAC, ça chambrait un peu d’ailleurs. Ça m’a permis de bosser, de me tenir prêt. »

« Ce n’est qu’un contrat de six mois, mais ça peut enclencher quelque chose »

Et de répondre sans la moindre hésitation à l’appel du SC Bastia, confronté à la perte de son titulaire au poste, Thomas Vincensini, touché à l’épaule en décembre. Une blessure qui permit à Johny Placide, doublure depuis son arrivée en Corse l’été dernier, dans la foulée de ses deux années passées en Bulgarie (TS Sofia), d’enfiler les gants du nº1. Et qui a donc offert à Boucher la possibilité d’un contrat, de six mois. « J’attendais un challenge qui allait me faire tripper. Bastia me permet de prendre un nouvel élan, de retrouver l’ambiance d’un groupe, d’un vestiaire. Ça me manquait tant. Alors oui, ce n’est qu’un contrat de six mois, mais ça peut enclencher quelque chose derrière. Du moins, j’espère. »

Pour l’heure, celui qui est passé par Toulouse, Auxerre et Angers, avant de s’envoler pour Salonique, ne peut qu’attendre son tour, sachant que Régis Brouard, l’entraîneur du Sporting, n’a défini aucune hiérarchie. « Actuellement, note Boucher, Jonhy joue, il est performant, alors je m’arrache à l’entraînement pour montrer que je suis là, prêt. Et puis on a tous pour mission de maintenir le club. Il y a tout un peuple à emmener avec nous. Je suis Réunionnais, donc l’atmosphère qu’il peut y avoir en Corse, cet attachement au club, c’est quelque chose que je ressens très bien. »

Et une fois sa courte mission accomplie, qu’adviendra-t-il de sa carrière ? « Six mois, c’est vrai que c’est court et tu ne peux pas mettre ton avenir totalement de côté. Je laisse mes agents travailler et moi, je me consacre entièrement au Sporting. » Non sans une petite pensée pour le HAC, grâce auquel il a connu toutes les sélections jeunes, des U16 au U21, et avec lequel il a disputé 70 matches pros. « J’espère vraiment que le club va finir par remonter. Mais bon, que les Havrais attendent qu’on soit passés pour enclencher une série. » Verdict ce lundi.
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : Thiaré, quatre mois après...

Il est de retour ! S’il ne peut encore prétendre entrer dans le « onze » de départ, sauf surprise, Jamal Thiaré figurera ce lundi, jour de la réception du SC Bastia, parmi les dix-huit Ciel et Marine convoqués par Paul Le Guen. La fin d’un très long processus de reprise.

Le retour de Jamal Thiaré est attendu avec impatience afin de redonner le sourire à l’attaque des Ciel et Marine.

Une fois, deux fois, trois fois, il a tenté de revenir. De mettre en « charge » son genou lors d’une séance collective. Mais une fois, deux fois, trois fois, il s’est réveillé le lendemain, le genou gonflé, douloureux. « C’était retour en arrière, on reprenait tout à zéro. » Et, lui, prenait un nouveau coup au moral.

Personne n’avait imaginé que Jamal Thiaré (28 ans) resterait si longtemps éloigné des terrains. Lorsque son genou l’a lâché à l’échauffement, le 16 octobre, soir d’un derby en terre caennaise (2-2) qu’il tint toutefois à débuter, au début duquel il délivra sa troisième passe décisive (8e) avant de devoir jeter l’éponge à la 27e, la crainte se limitait à une absence de deux, à trois semaines.

Elle se sera finalement étirée sur quatre mois et onze matches. Cartilage endommagé. « C’est rapidement devenu un casse-tête, souffle l’attaquant sénégalais. Et ces quatre mois ont été pénibles, vraiment. Le plus dur, c’était de ne pas avoir la moindre idée de la date de mon retour. Généralement, quand tu es blessé, tu connais à peu près la date de ton retour, mais là... » A plusieurs reprises, Le Guen a d’ailleurs laissé filtrer un infime espoir, en vain. Les semaines défilaient, Thiaré réapparaissait puis disparaissait à nouveau. « Heureusement, le staff médical était là pour me booster. Parce que je dois avouer que certains jours, je n’avais vraiment pas envie d’aller au centre d’entraînement. Je savais que j’allais être bloqué en salle, obligé de refaire toujours les mêmes gestes, alors que tous les autres étaient sur le terrain. Mais je me suis accroché et tous les jours, je venais le matin et l’après-midi. Je fermais les yeux sur cette envie que je n’avais pas toujours. »

« Je reviens de loin, n’allons pas trop vite »

Peut-être cette douloureuse période est-elle définitivement derrière lui. La semaine passée, Thiaré n’a pas manqué une seule minute des séances d’entraînement. Son genou a tenu. De quoi autoriser « PLG » à remettre dans le circuit son attaquant qui lui manque tant. « Je ne suis pas à 100 %, mais je me sens de mieux en mieux. Je reviens de loin, donc n’allons pas trop vite. Mais je dois être capable d’entrer en jeu s’il y a besoin. »

Le scénario des deux derniers matches, face à Rodez et Niort, durant lesquels les Ciel et Marine ne sont pas parvenus à trouver l’ouverture malgré une nette domination, tend à confirmer qu’il y a un besoin. Urgent même.

Thiaré se sait d’ailleurs attendu avec impatience par ses partenaires. « Ils venaient souvent me demander quand j’allais revenir. Je sais qu’ils m’attendent avec impatience, qu’ils ont besoin de moi. Mais attention, qu’ils sachent que j’ai autant besoin d’eux pour retrouver mon meilleur niveau. Je n’ai pas la prétention de pouvoir permettre à l’équipe de franchir un palier en claquant des doigts. Et puis je suis sûr que Matthis (Abline) et Pape (Ibnou Ba) vont vite performer.»

Jusqu’alors, personne n’est toutefois réellement parvenu à faire oublier l’absence de Thiaré. Le voilà donc (presque) prêt à reprendre la main, lui qui est apparu à douze reprises cette saison, pour trois buts et trois passes décisives.

LE HAVRE- BASTIA

Ce soir, 20h45, Stade Océane

Arbitre : M. Miguelgorry

Absents au HAC : Ben Mohamed (genou), Wahib, A. Ba, Gomes, Casimir, Mahmoud (choix) ; à Bastia : Vincensini, Manzala, Bocognano, Le Cardinal (blessés)

H AC : 30. Fofana - 5. Mayembo, 27. Gibaud (cap), 6. Touré - 4. Baldé, 24. Richardson, 8. Abdelli, 20. Boura - 11. Cornette, 12. Abline, 10. Alioui

Remplaçants (à choisir parmi) : 1. Gorgelin (g), 29. Sangante, 18. Mbemba, 22. Lekhal, 7. Fontaine, 17. Bonnet, 25. P.I. Ba, 14. Thiaré

Entraîneur : Paul Le Guen

BASTIA : 30. Placide - 28. Sainati, 6. Guidi, 23. Palun - 8. Schur, 25. Ducrocq, 10. Salles-Lamonge, 7. Vincent (cap), 29. Boyer - 19. Saadi, 9. Santelli

Remplaçants : 1. Boucher (g), 20. Kaïboue, 4. Roncaglia, 5. G. Coulibaly, 21. Taoui, 11. Magri, 3. Robic

Entraîneur : Régis Brouard

Le HAC va-t-il enfin forcer les choses ?

Un point pris sur les douze derniers mis en jeu, aucun but inscrit lors des quatre dernières journées : l’AC Ajaccio (3e) décroche peu à peu. Trois nuls et un revers sur la base de ses quatre dernières productions : l’AJ Auxerre (5e) peine actuellement à mettre un pied devant l’autre. Alors, le Havre AC, sixième à désormais quatre longueurs du club des cinq, parviendra-t-il enfin à en profiter ? « Nous devons avancer, ne plus traîner en route, insiste Paul Le Guen. Il faut passer à la vitesse supérieure. »

A savoir renouer avec ce succès toujours attendu en 2022, renouer avec cette victoire au Stade Océane après laquelle les Ciel et Marine courent depuis près de quatre mois. Lors des cinq dernières sorties du Havre AC dans son antre, seuls trois points ont en effet été mis de côté (3n., 2d.). Et… un unique but inscrit.

Si la qualité du jeu proposé paraît digne d’un prétendant aux play-offs, tant face à Rodez (0-0, 22e j.) qu’à Niort (0-0, 23e j.), les Havrais ont évolué un, voire deux tons au-dessus de leurs adversaires, la différence s’est fait attendre, en vain… Et très certainement faudra-t-il aux hommes de Le Guen trouver rapidement la clé ce lundi. Car face à eux, ce sont des Bastiais (17es) désormais sous la pression de Dunkerque, 18e et revenu à un point du Sporting, qui se présenteront, des Corses qui tenteront d’ériger un mur solide devant le but de l’ex-Havrais Placide.
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football – Ligue 2: Impardonnable HAC…

Alors qu’ils s’étaient mis rapidement sur la voie d’un premier succès en 2022, lundi 14 février au Stade Océane, les Ciel et Marine, malgré leurs deux buts d’avance, ont laissé les Corses revenir dans le match, puis au score, avant que Bastia ne porte le coup de grâce (2-4).

Le HAC et Souleymane Isaak Touré ont trébuché lundi 14 février 2022 face à Bastia (2-4)

Pour une fois qu’ils marquaient… Les Ciel et Marine ont totalement plongé après avoir mené 2-0, devant des Bastiais qui leur ont donné la leçon. Sur la phase retour, les Havrais n’ont gratté que trois points sur quinze possibles. Indigne de prétendants aux play-offs.

Comme annoncé, c’est donc sous les yeux de Jamal Thiaré que le débat fut lancé. Oui, cette fois c’est officiel, l’attaquant sénégalais est de retour. Pas à 100 %, rapport à ses quatre mois vécus à l’écart de la compétition (genou), mais sa seule présence sur le banc permettait enfin à Paul Le Guen de bénéficier d’un « Super Sub », au cas où. Au cas où, à l’instar des deux journées précédentes, la mainmise du Havre AC resterait dénuée d’effet dans la zone de vérité adverse.

Et comme annoncé, c’est un « onze » identique à celui qui avait pioché un point en terre niortaise dix jours plus tôt (0-0) qui s’aligna face à des Bastiais dont la marge d’erreur se réduit, Dunkerque, dix-huitième et barragiste, n’étant plus qu’un point derrière. Mais ce lundi, c’est surtout de cette course-poursuite dans laquelle est engagé le HAC dont il s’agissait, cette obligation de se rapprocher enfin d’Auxerre (5e). Et visiblement, les Ciel et Marine entendaient envoyer un message fort, le plus rapidement possible.

Et soudain, le vide…

L’entame fut ainsi incisive, tonique, avec dès la 6e minute, ce centre de Cornette qui vit Boura manquer le cuir et l’ouverture du score d’un crampon. Le ton était donné et les Ciel et Marine élevaient un peu plus la voix lorsqu’Abline vit Placide le faucher dans la surface bastiaise. Pour un incontestable penalty que transforma Abdelli (9e), son premier but en championnat depuis le 5 janvier 2021. Avant le tout premier de la carrière d’Abline, d’un penalty également, après que Palun eût crocheté Cornette (2-0, 16e).

À l’origine de ce mouvement offensif, l’attaquant de 18 ans prêté par le Stade Rennais posait ainsi sa première empreinte en ciel et marine. Avant que le HAC ne plonge, ne cesse de pousser à la faute une défense bastiaise pourtant aux abois. Et d’une frappe parfaite, décochée des 25 mètres, imparable, c’est Vincent qui remit les Corses dans le match (24e). Coup de frais avant le coup de froid et ce festival aérien du Sporting aux abords du but de Fofana, quand de la tête, Guidi trouva d’abord la transversale, avant que Schur, de la tête lui aussi, ne remette le HAC et le SCB dos à dos. Incroyable…

Comment Gibaud et les siens, en quête d’un succès au Stade Océane depuis le 23 octobre 2021 et la réception de Pau (1-0, 13e j.), avaient-ils pu à ce point décrocher ? Comment la défense havraise, la deuxième au classement qui lui est dédié, avait-elle pu se relâcher de la sorte ? Percutants puis suffisants, les Havrais pliaient ainsi sous la révolte des visiteurs. Le pire restait même à venir. Avec cette fois, une première cette saison, une boulette de Fofana, coupable d’une sortie manquée qui permit à Magri, d’un coup de tête, de donner l’avantage aux partenaires du duo Placide-Boucher (2-3, 57e).

Secoué depuis la reprise, le HAC s’écroulait. Et sans un Fofana impeccable pour le coup, sur une frappe puissante et cadrée de Santelli, l’addition aurait pu être bien plus indigeste (61e). Elle le fut d’ailleurs à la dernière seconde, quand Robic, à la conclusion d’un contre, catapulta le cuir sous la transversale (90e+4). Lundi prochain, le 21 février 2022, c’est à Toulouse, dans l’antre du leader, qu’il faudra au Havre AC se produire…

Les notes : Fofana (3,5), Mayembo (4), Gibaud (4), Touré (4), Baldé (4,5), Richardson (3,5), Abdelli (3,5), Boura (4), Cornette (3,5), Abline (4), Alioui (3,5).

La fiche

Au Havre, Bastia bat le HAC 4 à 2 (2-2)

Arbitre : M. Miguelgorry. Spectateurs : 4 464

Buts pour le HAC : Abdelli (9e, s.p.), Abline (17e, s.p.) ; pour Bastia : Vincent (24e), Schur (30e), Magri (57e), Robic (90e+4)

Avertissements au HAC : Mayembo (70e) ; à Bastia : Placide (8e), Boyer (63e), Roncaglia (90e)

HAC : Fofana - Mayembo, Gibaud (cap), Touré (Fontaine, 72e) – Baldé (P.I. Ba, 82e), Richardson (Lekhal, 59e), Abdelli, Boura – Cornette (Bonnet, 59e), Abline, Alioui (Thiaré, 59e)

Entraîneur : Paul Le Guen

BASTIA : Placide - Sainati, Guidi, Palun – Schur (Kaïboue, 75e), Ducrocq (Roncaglia, 65e), Salles-Lamonge (Taoui, 65e), Vincent (cap), Boyer – Santelli (Ben Saada, 90e+3), Magri (Robic, 65e)

Entraîneur : Frédéric Née
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : Paul Le Guen : «Sur l’aspect mental, j’ai des interrogations par rapport au staff, à moi...»

Alors que les Ciel et Marine menaient 2-0 après 17 minutes de jeu, ils ont laissé les Bastiais revenir dans le match. Avant de s’écrouler et de s’incliner 4-2. Paul Le Guen et Alexandre Bonnet tentent un début d’explication. Réactions.

Pour Alexandre Bonnet, le HAC «a complètement explosé. On a manqué d’humilité à 2-0.»

Paul Le Guen (entraîneur du HAC) : « Dépité, abattu, oui, mais il faudra repartir, se relever. Je suis terriblement déçu par ce qu’il s’est passé, j’ai du mal à me l’expliquer. Le foot, ça demande de l’énergie, une capacité de rebond. Ça va être compliqué, mais il faut repartir au combat. On a bien procédé au début, on jouait en profondeur, on a enchaîné, avec du mouvement, en plein dans ce qu’on voulait. Et puis on commence à faire des choix différents, ça commence à nous échapper, et je ne m’exonère pas de mes responsabilités. Je n’ai pas l’intention de charger les joueurs, je me sens coupable. Sur l’aspect mental, j’ai des interrogations par rapport au staff, à moi, c’est notre rôle, on y travaille. Quand vous menez 2-0, que l’équipe joue de mieux en mieux, et que ça vous échappe sans y voir d’évidentes raisons, c’est très perturbant. Comment on peut changer à ce point, alors qu’on est d’habitude extrêmement solides ? C’est dur à avaler… Mais c’est à moi qu’il faut s’en prendre, pas aux joueurs. C’est le message que je veux envoyer aux supporters. Il faut qu’on arrive, moi le premier, à donner à ce club une envie différente, une culture de la gagne qui permet d’obtenir ce que Bastia a montré. »

Alexandre Bonnet (milieu de terrain du HAC) : « Très grosse claque. C’est difficile quand on se donne la possibilité de mener rapidement 2-0. Et puis, on a complètement explosé. On a manqué d’humilité à 2-0, avec des petites choses qu’on n’a pas l’habitude de faire, des gestes parasites. Et on les a laissés remettre la tête dans le match, alors qu’ils étaient à l’agonie. Mentalement, je ne pense pas qu’on soit fragiles, on s’est vu trop beaux, on n’a pas suffisamment respecté le football et ses fondamentaux. Maintenant, il faut replacer les choses dans leur contexte. En début de saison, on ne pensait pas être à cette place à ce stade du championnat, mais on voit aussi qu’il y a une différence entre ne pas être loin (NDLR : des 5 premiers) et être dedans. Il y a un fossé et on n’arrive pas à combler l’écart. Mais ce n’est pas terminé. »
Expat53
Division régionale
Division régionale
Messages : 73
Enregistré le : 04 mai 2021 23:06

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Expat53 »

Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le HAC se doit de « montrer de l’amour-propre »

Une semaine après le cuisant échec concédé à domicile contre Bastia, les Havrais se doivent de montrer un tout autre visage ce lundi 21 février 2022 sur la pelouse du leader, Toulouse. Pierre Gibaud, en capitaine, appelle à une réaction d’orgueil et souhaite que les Ciel et Marine retrouvent certaines valeurs.

Après la gifle reçue à domicile contre Bastia, Pierre Gibaud et les Ciel et Marine doivent se rebeller sur la pelouse des Toulousains, qui occupent la première place du championnat

Sevrés de victoire en 2022, complètement passés au travers une semaine plus tôt au Stade Océane face aux Bastiais (2-4), et voilà que le leader toulousain se profile à l’horizon pour des Havrais de plus en plus distancés du Top 5 et désireux de se rattraper, à l’image du défenseur Pierre Gibaud.

Avez-vous été vexés par ce revers à domicile contre Bastia ?

Pierre Gibaud : « Vexés, humiliés, énormément déçus de ce qu’on a proposé après la superbe entame et les deux premiers buts marqués, mais aussi du comportement général. Ce n’était pas à l’image de ce qu’on produit depuis le début de cette saison, c’était désorganisé, tout le contraire de ce qui faisait notre force dans nos principes de jeu, la combativité, l’état d’esprit. Mais dans le football, ce qui est bien, c’est qu’on peut se remettre en question. Si on ne le fait pas là, ce serait une première erreur. La capacité de réaction permettra de savoir si on a pris conscience de cela. À nous de remettre le bleu de chauffe, de faire ce qu’on sait faire. Il faut se rattraper, ce serait bête de tout gâcher. »

Ce déplacement à Toulouse ne tombe peut-être pas au meilleur moment ?

« Je pense justement qu’il arrive au bon moment, que c’est le bon match, pour montrer une révolte face à la meilleure attaque, presque la meilleure défense, une équipe qui propose beaucoup de spectacle et qui joue la montée directe en L1. Ce serait bien de marquer le coup, de relancer une dynamique. Je suis persuadé qu’on en est capable. Il faut prouver que ce n’était qu’un accident, qu’il faudra compter sur nous jusqu’au bout. »

Est-ce qu’on prépare cette échéance de manière différente au regard des arguments offensifs dont dispose Toulouse ?

« Non, pas plus que d’habitude. La L2 est très homogène, elle ne se joue pas que sur le talent, mais aussi sur la hargne. Tout donner dans la combativité, c’est le plus important. Il y a certes le meilleur buteur (Healey), le meilleur passeur (Van den Boomen), une armada offensive très intéressante. Mais à domicile, on avait réussi à la contrer (1-1). Peut-être que le cran de vigilance sera inconsciemment plus haut que sur d’autres matches, parce que c’est le leader. On a déjà une revanche à prendre sur nous-mêmes, il faut montrer de l’amour-propre. »

« On sait qu’il n’y a plus de temps à perdre »

Au regard des résultats du week-end, des sept points de retard sur le cinquième, Auxerre, des dix unités qui vous séparent désormais du podium, on a le sentiment que le temps presse.

Est-ce que cela rajoute un peu de pression supplémentaire sur vos épaules ?

« On sait qu’il n’y a plus de temps à perdre, mais rien ne sera fait après ce match, résultat positif ou négatif, il restera des confrontations directes. Je veux déjà que l’on prenne de l’avance sur des équipes qui reviennent fort derrière nous, il ne faut pas les oublier. Si on peut prendre un peu nos distances, on ne va pas s’en priver. »

Un dernier mot sur votre situation personnelle, vous êtes en fin de contrat en juin prochain. Des discussions sont-elles en cours concernant une prolongation ?

« Non, pour l’instant, il n’y a rien. Ma volonté ? Jouer au foot, ici ou ailleurs. Dans le football, je n’espère plus rien. Je donnerai tout, jusqu’à la fin de mon contrat. Si le club souhaite que je reste, on discutera. Sinon, l’herbe sera plus verte ailleurs. Je suis à un âge où je ne pense pas à demain mais plus à aujourd’hui. »

Toulouse FC - HAC, ce lundi 21 février 2022 à 20h45, au Stadium
Arbitre : M. Vernice.

Absences à Toulouse : Dejaegere (mollet droit), Sylla (psoas), Mvoué (suspendu), Himeur, Keben, Rapnouil, Serber, Flemmings (choix) ; au HAC : Thiaré (cuisse), Baldé (problème musculaire), Ben Mohamed (genou), A. Ba, Gomes, Casimir, Mahmoud (choix).

TOULOUSE : 30. Dupé (cap) - 3. Desler, 24 Rouault, 2. Nicolaisen, 19. Diakité - 5. Genreau, 17. Spierings, 8. Van den Boomen - 29. Ngoumou, 9. Healey, 21. Ratao.

Remplaçants : 40. Petterson (g), 14 Costa, 23. Diarra, 18. Sanna, 22. Skyttä, 7. Onaiwu, 11. Begraoui.

Entraîneur : Philippe Montanier.

HAC : 30. Fofana - 5. Mayembo, 27. Gibaud (cap), 6. Touré - 18. Mbemba, 24. Richardson, 22. Lekhal, 20. Boura - 11. Cornette, 2. Abline, 10. Alioui.

Remplaçants : 1. Gorgelin (g), 2. Wahib, 29. Sangante, 7. Fontaine, 8. Abdelli, 17. Bonnet, 25. P. Ibnou Ba.

Entraîneur : Paul Le Guen.

Le Guen ne veut « pas laisser la situation se dégrader »

Avec seulement trois points pris lors des cinq dernières journées, le HAC fait presque du surplace et s’éloigne des premiers rôles. Paul Le Guen le reconnaît. « On est dans un moment difficile, admet l’entraîneur havrais. La défaite de lundi dernier a eu un côté inacceptable, insupportable. Il ne faut pas traîner, pas laisser la situation se dégrader ! Il faut être extrêmement vigilants, revenir à un état d’esprit irréprochable pour avoir une chance de figurer dans la première partie de tableau. Sans beaucoup d’humilité, sans un comportement collectif impeccable, on n’est pas grand-chose. »

Des valeurs qui seront la bienvenue, d’autant plus sur la pelouse du Stadium, face au TFC, redoutable offensivement (52 buts inscrits, dont 13 pour le seul Rhys Healey), possédant un maître à jouer tel que Branco Van den Boomen (15 passes décisives). « C’est la meilleure équipe de L2, le meilleur effectif, qui est bien dirigé. Ce sera évidemment difficile, mais on n’y va pas en victime. On a des arguments, lorsqu’on est tous décidés à faire les efforts. On a montré qu’à l’extérieur, on pouvait bousculer beaucoup d’équipes », souligne « PLG », qui sera privé une nouvelle fois de Jamal Thiaré, touché à une cuisse, mais aussi de Thierno Baldé, qui a écourté la séance de veille de match hier en raison d’une douleur musculaire.
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le HAC sombre à Toulouse

Il n’y a pas eu de miracle. À Toulouse, sur les terres d’un leader tout simplement impressionnant et lancé toutes voiles dehors vers la Ligue 1, le Havre AC, totalement dépassé, a concédé lundi 21 février 2022 un revers on ne peut plus lourd et logique (4-0), le sixième de la saison. Et tombe à la huitième place.

Avec quatre buts encaissés, Victor Lekhal et les Havrais n’ont pas existé un seul instant sur la pelouse des Toulousains, concédant un nouveau revers fort logique

À sept points du Top 5… Le Havre AC, dont le dernier succès date du 21 décembre, à Auxerre (3-2, 19e j.), n’est plus que l’ombre de lui-même, tombé lors des deux dernières journées, tout en concédant la bagatelle de huit buts… Lundi soir à Toulouse, lors d’un scénario trop rapidement écrit, les Ciel et Marine n’ont pas existé un seul instant, incapables qu’ils ont été de donner la moindre réplique. Quand le talent manque… Samedi prochain, c’est donc face à la lanterne rouge, Nancy, qu’il sera espéré une réaction, à moins que les Havrais n’aient décidé de décrocher, tout simplement. Et ce, dans une ambiance qu’on imagine déjà tendue.

Et le couperet tomba… La démonstration bastiaise, une semaine plus tôt au Stade Océane (2-4), à l’issue d’une soirée qui vit les Ciel et Marine jouer un quart d’heure avant de sombrer, fit en effet quelques victimes au moment où Paul Le Guen arrêta son « onze ». Richardson, en quête d’un second souffle depuis le coup d’envoi de la phase retour, Alioui, à l’influence offensive bien trop modeste, Cornette et Abdelli se trouvèrent ainsi relégués sur la banquette. « PLG » décida dans le même temps de relancer deux de ses tauliers, Lekhal et Bonnet, d’associer pour la première fois Abline et P.I. Ba et de ressortir la carte Mbemba, dont la dernière apparition au coup d’envoi datait du 24 septembre et un succès à Nîmes (1-0, 10e j.).

Aligné en 3-5-2, le Havre AC se lançait donc dans ce défi ô combien difficile, sur la pelouse de Toulousains leaders et quasi intouchables, voire injouables. Décidés à contrer athlétiquement la puissance collective et individuelle de leurs adversaires du soir, sur les bases d’un pressing digne de ce nom, les Havrais contrariaient dans un premier temps les intentions du Téfécé. Abline prit même sa chance, de loin, sans trouver le cadre (13e).

Un naufrage…

Si les Toulousains impressionnaient tout de même sur quelques enchaînements de très haut niveau, le HAC tenait, puis… se mit à dévisser. À la 23e minute tout d’abord, à la suite d’une faute de Lekhal sur Ngoumou qui permit à Van den Boomen, sur coup franc, de trouver Nicolaisen au deuxième poteau, dont le coup de tête, peu académique, trompa Fofana (1-0). Puis à la 27e, quand Onaiwu, à hauteur des six mètres, hérita d’un ballon repoussé par Fofana pour offrir le break au TFC (2-0). À l’origine de cette action, une relance de Mbemba dénuée de justesse.

Il y avait alors non plus une, mais deux classes d’écart. Toulouse déroulait. En termes de jeu, les Ciel et Marine ne proposaient strictement rien et il fallut un centre-tir de Boura, venu lécher la transversale, pour les voir sortir du bois (41e). Mais peu avant la pause, sur une puissante frappe de Ngoumou, c’est Fofana qui évita le pire (45e). Toutefois, pour le pire, ce n’était qu’une question de temps, de peu de temps. À la 49e minute, à la suite d’une main de Bonnet dans sa surface, Van den Boomen, sur penalty, scella définitivement le sort d’un Havre AC finalement humilié, à la suite d’une terrible boulette de Mayembo qui permit à Healey de servir Ngoumou sur un plateau pour le quatrième but.

Le club doyen a donc pris une nouvelle leçon, cette fois sur fond de course à l’accession. Ce mot, si tant est qu’il fasse de nouveau partie du vocabulaire présidentiel, qu’il faudra peut-être un jour accompagner d’actes forts, en termes de recrutement. Encore une fois, à l’aube du mercato d’hiver, Pierre Wantiez, le DG, avait affirmé que le HAC jouerait sa carte à fond, et seul le jeune Abline (18 ans) a rejoint les rangs en janvier, en prêt. Voilà, voilà...

Les notes du HAC : Fofana (4), Mayembo (3), Gibaud (3,5), Touré (3,5), Sangante (3,5), Mbemba (3), Bonnet (3,5), Lekhal (3,5), Boura (4) - Abline (4), P.I. Ba (3).

À Toulouse, Toulouse bat le HAC 4 à 0 (2-0)
Arbitre : M. Vernice.

Spectateurs : 11 130.

Buts pour Toulouse : Nicolaisen (23e), Onaiwu (27e), Van den Boomen (48e, s.p.), Ngoumou (80e).

Avertissements à Toulouse : Spierings (19e), Healey (71e) ; au HAC : Lekhal (22e), Bonnet (47e).

TOULOUSE : Dupé (cap) - Desler (Sanna, 84e), Rouault, Nicolaisen, B. Diakité - Genreau (M. Diarra, 65e), Spierings, Van den Boomen (Skyttä, 84e) - Ngoumou, Onaiwu (Healey, 58e), Ratao (Begraoui, 84e).

Entraîneur : Philippe Montanier.

HAC : Fofana - Mayembo, Gibaud, Touré (Richardson, 72e) - Sangante (Wahib, 83e), Mbemba, Bonnet (cap) (Fontaine, 72e), Lekhal, Boura (Abdelli, 59e) - Abline (Alioui, 72e), P.I. Ba.

Entraîneur : Paul Le Guen.

Le Guen : « les choses n’arrivent pas par hasard »

Paul Le Guen (entraîneur du HAC) : « En colère… Disons que je suis déçu, parce que j’espérais mieux. On a certes été battus par une équipe plus forte que nous, mais j’espérais mieux. Ça s’est étiolé, les choses n’arrivent pas par hasard. On a pris quatre buts contre Bastia à domicile, on en prend à nouveau quatre, c’est que quelque chose ne va pas, ou que quelque chose ne va plus. On a fait une première partie de saison encourageante, mais au prix de beaucoup d’efforts. On était très engagés. Il y a eu de la dispersion ces derniers temps, il y a moins d’engagement, il faut avoir la lucidité de le reconnaître. Certes, des joueurs peuvent considérer que leur situation est incertaine, mais ça m’est arrivé d’être en fin de contrat et j’ai honoré celui-ci jusqu’au bout. Il en va de la responsabilité, de la conscience des joueurs. Depuis début janvier, même si on a fait des matches corrects, il y a moins d’engagement. On ne s’est peut-être pas suffisamment rendu compte à quel point on a serré les boulons en début de saison, parce qu’on a débuté le championnat avec une défense de 20 ans. J’ai toujours dit qu’on n’avait pas de marge, mais on était tous tendus vers cet objectif qui est de réunir les forces. C’est moins le cas. Faut-il prolonger tout le monde de deux ou trois ans pour être peinard ? Ce n’est pas comme ça que ça fonctionne, que je fonctionne. On protégerait peut-être le présent, mais… Il faut rassembler tout le monde de façon ferme. C’est à moi d’assumer, c’est mon rôle. Vous croyez que ça me plaît de voir certaines attitudes ? Ce qui s’est passé contre Bastia témoignait déjà d’un mal dont il faut se préoccuper, ce n’était pas un accident. Il y a la nécessité absolue d’une grande solidarité. »
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football – Ligue 2 : Le HAC part en tête-à-queue

Le HAC décroche, explose même. Lundi, si perdre à Toulouse ne fut pas déshonorant sur le fond, la forme, elle, enfonça les Ciel et Marine jusqu’au ridicule. Le HAC rentre peu à peu dans le rang. Faut-il s’en étonner ? Il est à craindre que non.

Moins décisif, Yahia Fofana, ici lors du deuxième des quatre buts toulousains, ne peut toutefois plus, depuis deux matches, s’appuyer sur un bloc défensif digne de ce nom

Puisqu’il faut un dernier, en vieux routier sympa de la Ligue 2, c’est le HAC qui s’y colle. Oui, depuis le coup d’envoi de la phase retour, aucune autre équipe ne présente un bilan aussi désastreux que celui des Ciel et Marine (3 nuls, 3 défaites). Même Nancy, lanterne rouge qui se posera samedi au Havre, avance actuellement (un peu) plus vite que le Havre AC, sevré de succès depuis le 21 décembre, à Auxerre (3-2). À cette époque, à mi-parcours, le club doyen pointait pourtant en 6e position, à un point de l’AJA, alors quatrième. Six journées plus tard, les hommes de Le Guen apparaissent à la 8e place, à sept points de l’AJA, cinquième.

En deux journées espacées d’une semaine, et huit buts concédés – une première en L2 dans l’histoire moderne du HAC en un temps si réduit les hommes de Paul Le Guen ont donc en partie ruiné ce qu’ils avaient construit lors de la phase aller. Et ce, sur fond de solidité, de solidarité, de révélations, à défaut de se montrer d’une redoutable efficacité offensive. Si sur ce dernier point, les Havrais restent fidèles à leur discrétion, défensivement, le bloc craque désormais de partout. Huit buts en deux matches… Humiliés une semaine plus tôt au Stade Océane (2-4), Bonnet et les siens étaient pourtant attendus lundi au virage de l’orgueil. Ils ont été ridicules (0-4)…

Des constats, mais rien ne change

Perdre à Toulouse, oui, tant le Téfécé survole le championnat, perdre de cette façon, non. À l’exception des vingt premières minutes, sérieuses, engagées, le HAC a été relégué au rang de faire-valoir. Sans que cela ne pousse Paul Le Guen à sortir de ses gonds au terme de cette parodie havraise en termes de jeu, un entraîneur au discours distillé tout en retenue, du moins face à la presse, malgré les deux claques reçues en une semaine. Une réaction mesurée, calme, bien trop calme, comme l’est le club doyen aux yeux du grand public – la faiblesse de l’affluence (hors jauge) en dit si long – et des observateurs, bon petit pensionnaire de Ligue 2.

Une fois la vague bastiaise passée, « PLG » mit tout de même, et enfin, l’accent sur cette culture de la gagne dans laquelle le Havre AC peine à se draper. C’est un fait. Mais après deux saisons et demie à la tête de l’effectif, peut-être cette culture devrait-elle tout de même commencer à circuler au sein du vestiaire. Mais non. Depuis l’été 2018, Pierre Wantiez estime que le HAC est une belle endormie. Personne ne le contestera. Mais qu’a-t-il été fait au niveau de la direction pour déchirer la page de ce constat, secouer le club et ses principaux acteurs ? Rien. Chacun à son poste et un président qui poursuit son mandat sur les bases d’un projet sportif méconnu, voire inconnu.

La masse salariale, cette grande gagnante

En même temps, qu’importe. Nombre de gros salaires ont quitté le club (Bazile, Meras, Ersoy, Boutaïb) et l’un d’entre eux est en arrêt de travail depuis le début de la saison (Ben Mohamed). La masse salariale a ainsi perdu tous ses bourrelets. Objectif atteint ! Et ce n’est pas tout. L’été prochain, des millions tomberont dans la foulée des inéluctables transferts dont feront l’objet Touré et Richardson, auxquels s’ajoutera la très possible vente d’A. Ba. En attendant, et au présent, d’autres s’interrogent quant à leur avenir. On pense à Gibaud, qui a plus qu’œuvré afin que les jeunes défenseurs prennent rapidement leurs marques en L2, à Bonnet, Abdelli, Cornette et Fontaine, tous en fin de contrat.

« Faudrait-il les faire prolonger 2-3 ans dès maintenant pour être peinard ? » questionnait Le Guen lundi soir. Non. En revanche, rien n’interdit de prendre la température, de discuter, de sonder, voire d’annoncer d’ores et déjà, si telle est l’idée, la fin d’une longue aventure (Fontaine, Bonnet ?). Une touche de clarté ne ferait pas désordre en cette trouble période.

Mais comme trop souvent, sans doute les choses seront-elles faites au dernier moment. Et rappelons-nous également que Boura (Lens), Baldé (PSG) et Abline (Rennes) en termineront en mai avec leur pige au HAC. Dans ce décor, l’appel de Le Guen à la mobilisation sera-t-il entendu ? Réponse samedi, face à Nancy. Pour un rebond, ou la confirmation d’un décrochage qui ne fait que commencer.
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : cette fois, le HAC est dans l’urgence

Humiliés par le SC Bastia avant d’être rossés par le Toulouse FC, les Ciel et Marine ont perdu du terrain sur le Top 5 et quelques illusions. Le verdict du duel de ce samedi 26 février 2022, avec Nancy, la lanterne rouge, en dira long sur les intentions futures des Havrais. Un nouveau flop et c’est une fin de saison pénible à laquelle il s’agira de se préparer.

S’il n’entend pas fuir ses responsabilités, Paul Le Guen attend de ses hommes qu’ils fassent preuve de respect à l’égard du club et de ses supporters

Tout va si vite… En deux matches, deux claques et huit buts concédés, le Havre AC a perdu sa place de premier outsider dans la quête d’un billet aux play-offs, abandonné son statut de deuxième meilleure défense de la compétition et perdu quelques-unes de ses certitudes. Il y a un peu moins de deux semaines, c’est Bastia qui avait poussé le HAC dans un doute certain, au terme d’un scénario qui vit les Corses renverser les Havrais (2-4). Lundi dernier, au Stadium, ce fut au tour de Toulouse de se promener face aux hommes de Paul Le Guen (4-0).

« Maintenant, insiste l’entraîneur havrais, il s’agit d’avoir une forme de respect pour le club et ses supporters. Que les joueurs nous montrent ce qu’ils veulent faire de leur fin de saison. Car s’il n’y a pas de réaction, les choses peuvent déraper. C’est à moi d’y veiller, bien sûr, mais j’ai besoin des joueurs. Ils ont du boulot, j’en ai d’ailleurs reçu dans mon bureau, il faut qu’ils reprennent leur carrière en main. Parce qu’il y a urgence. N’attendons pas d’être treizièmes ou quatorzièmes pour reprendre les choses en main. »

Oui, oui, le droit de gagner existe toujours

Affecté, Le Guen l’est, assurément. A priori, ses joueurs le sont également (voir par ailleurs). Et la direction ? Actuellement aux États-Unis, le président Volpe ne peut s’inviter entre les murs d’un vestiaire où une forme de tension est née à la mi-temps du face-à-face avec Bastia, un joueur n’ayant guère apprécié qu’un de ses partenaires tente de secouer l’équipe. Vincent Volpe donc. Pas là, mais tout de même là, si on se réfère à la précision apportée par Le Guen : « Après Bastia, j’ai eu l’occasion de converser longuement avec lui et il avait un message très clair à faire passer, message que j’ai relayé aux joueurs. »

L’impact resta néanmoins confidentiel, tant le sursaut d’orgueil n’eut à Toulouse qu’une durée de vie limité, d’une vingtaine de minutes seulement. Conséquences, le club doyen voit l’AJ Auxerre (5e) s’éloigner, sept points devant, court surtout après son premier succès depuis le 21 décembre (à Auxerre, 3-2). En même temps qu’il tente de se convaincre qu’il est toujours en droit de s’imposer à domicile, ce Stade Océane où le dernier coup gagnant fut signé le 23 octobre et ce « c.s.c. » du Palois Kouassi (1-0, 13e j.). Soit un peu plus de quatre mois d’une disette qu’il est à craindre fatale.

L’erreur est désormais proscrite, autant pour s’accrocher à un soupçon d’espoir que pour ne pas basculer dans la partie anonyme du tableau. Et il serait faux d’estimer la réception de Nancy, uniquement suivi, sans discontinuer, par la voiture-balai depuis la sixième journée, comme le visiteur idéal dans l’optique d’un rebond. Oui, l’ASNL ne compte que quatre victimes à son tableau de chasse, oui, sa défense, la plus perméable du championnat, a déjà craqué à quarante-six reprises, mais…

Lors des trois dernières journées, remis quelque peu dans l’axe par Albert Cartier, le troisième entraîneur au chevet de la lanterne rouge, les Nancéiens ont non seulement esquivé la défaite, mais ont surtout acté un succès, le quatrième cette saison, apte à les relancer dans la course au maintien, aux dépens de Dunkerque (2-0, 25e j.). Un bloc, devenu solide, pourrait ainsi faire face ce soir à des Ciel et Marine de nouveau privés de Jamal Thiaré...

Havre AC - AS Nancy-Lorraine, ce samedi 26 février 2022 à 19 h au Stade Océane

Arbitre : M. Varela.

Absents au HAC : Thiaré (cuisse/genou), Ben Mohamed (genou), Mahmoud, Gomes, Casimir (choix) ; à Nancy : Constant, Karamoko, Akichi, Haag, Patrick (blessés), Triboulet, Soares, Bertrand, Cissé, Simoes (choix).

HAC : 30. Fofana - 5. Mayembo, 27. Gibaud (cap), 29. Sangante - 4. Baldé, 24. Richardson, 8. Abdelli, 20. Boura - 11. Cornette, 12. Abline, 10. Alioui.

Remplaçants (à choisir parmi) : 1. Gorgelin (g), 2. Wahib, 6. Touré, 18. Mbemba, 22. Lekhal, 15. A. Ba, 7. Fontaine, 17. Bonnet, 25. P.I. Ba.

Entraîneur : Paul Le Guen.

NANCY : 1. Valette - 22. Delos, 4. Basila, 20. T. Fontaine, 19. Bianda, 23. Ciss - 12. El Aynaoui, 6. Lefebvre (cap) - 14. Bobichon - 10. Thiam, 7. Biron.

Remplaçants : 16. Trott (g), 11. Latouchent, 3. El Kaoutari, 28. Dewaele, 8. Bondo, 9. Jung, 27. Ngbakoto.

Entraîneur : Albert Cartier.

« Comment pourrait-on être favoris ?»

Trois questions à Nabil Alioui, attaquant du HAC, à quelques heures de ce duel contre Nancy.

Bastia puis Toulouse vous ont récemment donné la leçon. Vous vous sentez comment ?

Nabil Alioui : « Humiliés, tout simplement. On y met moins d’implication, moins de concentration. Pourquoi ? Je n’ai pas l’explication. Le fait d’avoir perdu ces matches importants (NDLR : face à Ajaccio et Sochaux), qui nous auraient permis de nous rapprocher des cinq premiers, nous a peut-être mis un coup, je ne sais pas. »

Est-on en droit de s’interroger sur l’avenir proche du HAC ?

« Oui, complètement. Maintenant, ce n’est pas totalement fini. Il faut y croire, on se doit d’y croire. Mais c’est maintenant qu’il faut amorcer une série, sinon, l’écart sera bien trop important. Et on a les moyens de le faire. Faut-il pour ça prendre plus de risques ? Je ne crois pas. On en prend, mais ça ne marche pas. »

Nancy n’a plus décollé de la dernière place depuis le 28 août. Alors, estimez-vous le HAC ultra-favori ?

« Certainement pas ! Il n’y a pas de favori. D’ailleurs, comment pourrait-on l’être ? On traverse une mauvaise passe, à l’image de nos deux derniers matches. Et puis il y a cette statistique qui fait mal, cette dernière place qu’on occupe sur la phase retour. Alors concentrons-nous seulement sur cette obligation de gagner. On a vraiment besoin de se rassurer. Et puis il y a tellement longtemps que nous n’avons pas offert de victoire à nos supporters. »
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le HAC sort de la spirale infernale

D’un premier succès, version 2022, les Ciel et Marine ont stoppé leur chute, samedi 26 février 2022 au Stade Océane, aux dépens de Nancy, la lanterne rouge (1-0). Le HAC, sixième, grignote un point dans sa course-poursuite vers le Top 5.

Au terme d’un très bon travail de Matthis Abline (au sol, au premier plan), Nabil Alioui a marqué l’unique but de la rencontre face à Nancy, permettant au HAC de repartir de l’avant

« Vos ambitions, c’est comme la tempête, c’est du vent ». Au cœur d’une tribune Kop rarement aussi déserte, ce message. Court, simple, suffisamment explicite pour connaître, si besoin était, le sentiment des fidèles à l’égard d’une direction toujours en quête de leviers, d’idées, afin de permettre au club doyen de pouvoir, au moins, regarder les cadors droit dans les yeux. Pierre Wantiez, le DG, fut même invité par les fans à démissionner. Ambiance… Les deux derniers revers, cette humiliation subie contre Bastia (2-4) et cette correction reçue à Toulouse (0-4), ont rendu les fans nerveux. Un peu plus impatients. Lassés, tout simplement, d’être associés à un second rôle de Ligue 2.

Consolation, au soir de ce samedi 26 février 2022, ils ne firent pas le déplacement pour rien. Enfin ! Attendue depuis quatre mois et six matches au Stade Océane, la victoire vint enfin ponctuer la soirée. Courte, très courte même au regard du nombre d’occasions recensées en première période, mais suffisante pour stopper une hémorragie naissante. Et réduire d’un point l’écart avec le Top 5, le Havre AC déplorant désormais un retard de six points, non plus sur Auxerre, mais sur Sochaux, tombé face au Paris FC (3-1).

Nabil Alioui, de son 4e but de la saison, aura donc permis aux Ciel et Marine de se remettre à l’endroit une semaine avant de rallier Diochon pour y croiser le fer avec QRM, aujourd’hui 17e. Néanmoins, les hommes de Paul Le Guen, un entraîneur revenu au 4-3-3, ne purent s’empêcher de trembler. Encore une fois. Et ce, lors d’une seconde période qui les virent laisser les Nancéiens, les faibles Nancéiens devrait-on dire, revenir dans le match.

Les Havrais auraient pu faire le break

Si ces derniers ramassent les bouées depuis la 6e journée, s’ils ne laissèrent hier transpirer l’envie de ceux qui jouent leur survie, il n’empêche que jusqu’à sortie aérienne de Fofana dans les arrêts de jeu (90e+3), l’espoir leur était permis. Les situations chaudes se succédaient ainsi aux abords de la surface havraise, sans que Fofana n’ait à sortir le grand jeu, mais cela témoignait d’une réelle baisse de régime des Hacmen. Par bonheur, aucun visiteur ne sut faire le bon choix, Alioui restant donc jusqu’au bout comme l’unique buteur. Une réalisation signée à l’issue d’un superbe mouvement, amorcé par Cornette, prolongé d’un centre parfait d’Abline (13e). Un enchaînement à l’image d’une première période marquée par le cavalier seul des Ciel et Marine. Et des occasions. Beaucoup d’occasions, sans qu’elles ne soient pour autant toutes manquées en raison d’un manque de justesse, d’adresse.
À la 3e minute, le coup de tête de Lekhal passa tout près du cadre. Cornette, à la 8e, chauffa quant à lui les gants de Valette d’un lointain coup franc. Ce même Cornette qui vit ce même Valette stopper sa volée (16e). Alioui, de son côté, fut privé du doublé à deux reprises, d’une frappe venue raser la transversale (26e), d’une autre contrée in extremis par Basila (31e). Puis Gibaud, de la tête, obligea le portier de l’ASNL à dévier le cuir sur sa transversale (33e), avant qu’Abline ne profite d’une hésitation de Valette pour, lui aussi, être proche d’offrir le break au HAC (34e).

Les Ciel et Marine durent donc se contenter de ce succès étriqué, le premier en 2022, le premier également depuis le 21 décembre. Une barrière vient donc de tomber, d’autres, beaucoup d’autres, restent toutefois à franchir.

Les notes du HAC : Fofana (5,5), Baldé (5,5), Mayembo (5,5), Gibaud (5,5), Boura (5,5), Richardson (5,5), Lekhal (5,5), Abdelli (6), Cornette (6,5), Abline (6), Alioui (6)

Au Havre, le HAC bat Nancy 1 à 0 (1-0)
Arbitre : M. Varela. Spectateurs : 4 383.

But pour le HAC : Alioui (13e).

Avertissements au HAC : Boura (40e) ; à Nancy : Basila (15e), Bobichon (50e), T. Fontaine (63e)

HAC : Fofana - Baldé (Mbemba, 90e+2), Mayembo, Gibaud, Boura - Richardson, Lekhal (cap), Abdelli - Cornette (Sangante, 85e), Abline (P.I. Ba, 75e), Alioui (Fontaine, 75e).

Entraîneur : Paul Le Guen.

NANCY : Valette - Delos (Latouchent, 46e), Basila, T. Fontaine, Bianda, Ciss - El Aynaoui (Ngbakoto, 46e), Lefebvre (cap) (Bondo, 70e) - Bobichon - Thiam (Jung, 70e), Biron.

Entraîneur : Albert Cartier.

« On a retrouvé certaines valeurs »

Paul Le Guen (entraîneur du HAC) : « C’est un soulagement. On est vraiment content, c’est la victoire dont nous avions vraiment besoin. Peut-être pas le match, dans son ensemble, dont on avait besoin, et encore que. On avait très envie de revenir à des choses plus conformes à ce qu’on avait fait lors de la première partie de saison. On n’a pas encaissé de but, on a retrouvé un peu plus de solidité, même si on a été un peu acculés en fin de match, mais face à une équipe qui joue sa survie, ce n’est pas surprenant. Après, je suis très content de la première période, il y a eu beaucoup de beaux mouvements, d’enchaînements. Je suis très content aussi de la façon dont on a réagi après deux matches à quatre buts encaissés. À domicile, on peine depuis le début de la saison, cette victoire fait donc du bien et nous permet de prendre un peu d’air. En deuxième mi-temps, on était un peu tendus, on avait encore le match de Bastia en tête. Oui, c’était un peu à l’arrache à la fin, mais on a tenu. Ça témoigne d’un état d’esprit. On a retrouvé certaines valeurs. »

Matthis Abline (attaquant du HAC) : « Il y a beaucoup de soulagement. On avait à cœur de retrouver une dynamique positive, c’est chose faite. On fait une très bonne première mi-temps, on a su trouver les espaces, être solides défensivement. On a eu pas mal d’occasions, mais il nous a manqué encore cette efficacité. En deuxième période, on a un peu plus souffert, mais on a fait preuve de caractère. Des matches comme ça, on en a besoin pour avancer. Le score est peut-être étriqué, mais ce n’est pas par hasard si nous sommes parvenus à le garder. Il faut rester sur cette dynamique pour montrer où on veut être en fin de saison. À titre personnel, j’ai le sentiment de bien m’intégrer. Là, il y a une passe décisive, j’aurais pu marquer un ou deux buts, mais j’ai manqué d’efficacité. »
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le HAC s’est redressé, un peu

Le succès signé samedi soir, aux dépens de Nancy (1-0), permet au Havre AC, lancé depuis des mois dans une course-poursuite, de maintenir un soupçon d’espoir. Néanmoins, le public, lui, semble déjà avoir acté une fin de saison dénuée d’émotions.

Matthis Abline et les Havrais se sont remis sur le chemin du succès contre Nancy. Les prochains matches vont dicter la fin de saison des Ciel et Marine, actuellement à six longueurs du Top 5

4 383 spectateurs… Le Stade Océane se désertifie match après match. Avant que le Covid n’envahisse le monde, avant que la crise sanitaire ne vide les stades, ou n’oblige à instaurer une jauge, l’antre du Havre AC n’avait encore jamais, ou très rarement, accueilli si peu de spectateurs un soir de Ligue 2. Jusqu’à ce que ce virus ne bouleverse toutes les données, le HAC pouvait en effet encore s’appuyer sur un noyau dur, très dur, de 6 à 7 000 fidèles. Samedi soir, seulement 4 383 spectateurs, soit un peu plus de 20 000 sièges vides, un décor tout bonnement déprimant…

Des explications ? Sans doute ne sont-elles pas si nombreuses. Depuis l’été 2009, le HAC navigue loin de l’élite. La prise de pouvoir de Vincent Volpe, à l’été 2015, n’aura donc guère permis au club doyen de s’extirper de ce championnat. Alors les Havrais se lassent. Ne daignent plus s’aventurer au cœur du vaisseau bleu, de peur d’assister au remake de la saison précédente, et de la précédente, et encore de la précédente.

« 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020, 2021, 2022 : Vincent, c’est quand la bonne année ? » La banderole, percutante, des Barbarians 93, déployée lors de la réception de l’AS Nancy Lorraine, fit suite à un premier message : « Vos ambitions, c’est comme la tempête, c’est du vent ». Deux messages qui témoignent ainsi d’un climat, plus glauque que tendu, le signe d’un engouement totalement éteint. Certes, en mai 2016, la Ligue 1 se défila pour un but seulement. En 2018, il y eut ce tour de play-offs à Ajaccio, dans des circonstances qu’il n’est plus utile de rappeler. Et à part ça ? Que s’est-il passé de croustillant ? Rien ?

Ils n’ont pas lâché

Le HAC vend, le HAC dégraisse, le HAC bricole, en valorisant toutefois des jeunes appelés rapidement à se produire sur une scène plus éclairée, quand le président Volpe, lui, aime à répéter que son club dispose d’une équipe compétitive. Oui, mais pour espérer quoi ? Un maintien haut la main, comme ce sera cette saison le cas ? Ou bien le boss croit-il vraiment qu’il est possible, en l’état, d’aller taquiner les gros poissons à l’étage supérieur ?

Certes, en s’imposant samedi aux dépens de Nancéiens dignes porteurs de la lanterne rouge, les hommes de Paul Le Guen ont réduit un chouïa l’écart avec le groupe de tête. Six points séparent le Havre AC, seul sixième, du FC Sochaux, cinquième. Et ce, à douze journées de la fin. Mathématiquement, le temps n’est donc pas venu de jeter l’éponge.

D’ailleurs, même si le tout frais succès ne pouvait être plus étriqué (1-0), même si la seconde période vit Lekhal et les siens reculer, être pressés en fin de rencontre, force est de constater qu’ils n’ont pas lâché. Dans la foulée de deux cinglants revers, contre Bastia (2-4) et à Toulouse (0-4), il était réellement à craindre que le ressort soit définitivement cassé. Il n’en est rien.

Autre bonne nouvelle, les Ciel et Marine vont à nouveau croiser ces trois formations face auxquelles ils ont signé, à l’aller, leur seule série de succès de la saison, à savoir QRM (samedi prochain), Nîmes (le 12 mars) et Dijon (le 15 mars). Alors… Non, chut. Comme on dit, les matches les uns après les autres, parce que deux à la fois, ce n’est pas possible, alors trois…
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - L2. Les raisons d’y croire (ou non) pour QRM et le HAC avant le « derby »

Avant que les voisins quevillais (17es) et havrais (6es) ne se retrouvent au stade Diochon samedi 5 mars 2022, aperçu sur ce qui permettra aux deux équipes d’y croire. Ou non.

A l’aller, les Havrais de Victor Lekhal s’étaient imposés 1 à 0 face aux partenaires d’Alassane Diaby, grâce à un but de Pape Ibnou Ba

CE QUI LEUR PERMET D’Y CROIRE

Côté QRM :

QRM ne perd plus à domicile. Si Diochon est loin d’être l’endroit le plus hostile pour les équipes de L2 cette saison (QRM affiche le 18e bilan à domicile, avec toutefois un voire deux matches en moins que certains autres), il n’en reste pas moins que les visiteurs ont du mal à venir s’y imposer. Seuls le Paris FC (1-0), en août, et Niort (3-0), mi-octobre, y sont parvenus, la troisième défaite « à la maison » ayant été concédée lors de la délocalisation à Caen cet été, contre Bastia (1-2). En championnat, les hommes de Mercadal restent ainsi sur six matches sans défaite (2v, 4 n) dans leur antre. Et quand bien même les derniers invités n’étaient pas les plus gros calibres de la division (VAFC, Grenoble, Amiens, SMC, Nancy), il est bon de rappeler que ni Auxerre (4e, 0-0) ni Toulouse (1er, 0-0) n’avaient réussi à forcer le verrou quevillais précédemment.

Sangaré apporte du liant. Même si son retour dans le onze de départ n’a pas permis à QRM de se remettre sur le droit chemin sur la pelouse de l’AJA, où il n’a d’ailleurs pas tout réussi, Gustavo Sangaré n’a pas mis longtemps pour démontrer à nouveau ce qu’il pouvait apporter à son équipe : que ce soit à travers la précision de son pied gauche ou ses courses, le milieu de terrain burkinabé, demi-finaliste de la dernière CAN, apporte du liant et des solutions dans l’entrejeu. Défensivement, il sait également se montrer précieux en harcelant les porteurs de balle grâce à sa bonne condition physique.

Côté HAC :

À l’extérieur, ça tient le choc. D’accord, le dernier déplacement en date s’avère un contre-exemple, cette déroute à Toulouse (0-4, 25e journée). Néanmoins, résumer le bilan provisoire des Ciel et Marine loin du Stade Océane à cette étape au Stadium serait prendre un mauvais raccourci. Hors de ses bases, le Havre AC ne s’est en effet incliné que deux fois cette saison, à Dunkerque (0-1, 14e j.) et donc à Toulouse, pour quatre succès et six nuls. Et pour ceux qui l’auraient oublié, ou pour ceux qui l’ignoreraient encore, rappelons que le HAC n’a concédé que trois revers en déplacement depuis le 27 février 2021, soit un total dix-sept voyages, et un couac à Pau (0-2, saison 2020-2021).

Abline, un zeste de fraîcheur. Élu joueur du mois de février par les fidèles du Havre AC ! Si ses statistiques ne peuvent être qualifiées d’affolantes, à savoir ce but inscrit face à Bastia (2-4, 24e j.), d’un penalty, et cette passe décisive délivrée lors de la réception de Nancy (1-0, 26e j.), Matthis Abline (18 ans), prêté par le Stade Rennais en janvier, injecte incontestablement une dose de fraîcheur à la pointe de l’attaque. Audacieux, puissant, ses appels incessants ouvrent nombre de brèches. En l’état, il relègue sur le banc Pape Ibnou Ba.

CE QUI LES FAIT DOUTER

Côté QRM :

Une attaque en berne. Comme son voisin havrais, QRM connaît de grosses difficultés sur le plan offensif. Alors qu’il avait conclu 2021 en retrouvant quelques couleurs dans ce domaine (7 buts sur les 4 derniers matches de L2 de l’année), bien aidé par l’efficacité retrouvée de Nazon (3 réalisations), le promu seinomarin cale sérieusement. En 2022, il n’a trouvé les filets adverses qu’à trois petites reprises en sept sorties, dont deux fois sur des « exploits personnels » (une frappe de Gbellé de 25 mètres et un pressing de Diaby qui a poussé un défenseur à la faute). Une baisse de régime qu’il faut sans doute mettre en relation avec celle du buteur haïtien, muet depuis le 11 décembre.

QRM court trop souvent derrière le score. Padovani l’a fait remarquer à juste titre après la défaite concédée à Auxerre samedi : QRM a la fâcheuse tendance à réagir plutôt qu’à agir. Cela se traduit dans les chiffres : sur ses sept rencontres de championnat en 2022, les hommes de Mercadal n’ont eu qu’à une seule reprise l’avantage à la marque, lors de la courte victoire face à Grenoble (1-0). Les six autres fois, ils ont été menés – ce qui ne les a pas empêchés d’accrocher Amiens (1-1) et Valenciennes (1-1). En cause, leurs mauvaises entames de périodes : contre Bastia (14e minute), le Paris FC (9e) et Auxerre (13e), ils ont cédé trop rapidement, alors que face à Dijon (49e) et Amiens (49e), c’est dès le retour des vestiaires qu’ils ont concédé l’ouverture du score.

Côté HAC :

L’attaque, encore et toujours. 26 journées, 25 buts inscrits… Le Havre AC, privé de Thiaré depuis le 16 octobre, voit sa course-poursuite plombée par une force de frappe que seuls les menacés sont en droit d’envier. Comme un symbole, Cornette, l’actuel meilleur buteur du HAC (5 réalisations), localisé à la 24e place au classement des canonniers du championnat, n’a plus trouvé l’ouverture depuis le… 20 novembre et un nul concédé au Stade Océane face à Amiens (1-1). En sept matches consommés, version phase retour, seuls cinq buts ont été inscrits par les Ciel et Marine, dont deux penalties.

Mentalement, ça s’essouffle. Certes, le récent succès signé aux dépens de pâles Nancéiens (1-0) a démontré que les Havrais n’avaient pas totalement lâché prise. Mais la seconde période, et cette soudaine baisse de régime, démontre également que le HAC peine à retrouver cette force mentale qui faisait de lui un adversaire coriace. On se souvient qu’à Nîmes (1-0, 10e j.), l’un des membres du staff des Crocos, staff depuis modifié, avait lancé à propos des hommes de Le Guen : « Ils sont injouables ». Depuis quelques semaines, la tendance s’est inversée. Alors que le club doyen n’avait concédé que douze buts lors des dix-neuf matches de la phase aller, en sept matches « retour », ses filets ont déjà tremblé onze fois.

QRM sans ses deux meilleurs buteur, le HAC à nouveau privé de Thiaré

QRM privé de ses deux meilleurs buteurs

Déjà pas dans une grande forme sur le plan offensif, Quevilly-Rouen ne va pas être aidé dans sa tâche ce samedi 5 mars 2022 puisque ses deux meilleurs réalisateurs seront absents. Comme à Auxerre samedi 26 février, Duckens Nazon (6 buts) manquera à l’appel à cause de sa petite blessure contractée à la cuisse contre Valenciennes. Cette semaine, l’attaquant haïtien s’est contenté de faire tourner les jambes sur un vélo d’appartement. Il lui faudra donc attendre avant d’alimenter à nouveau son compteur personnel.

Même chose pour Garland Gbellé (5 buts) qui sera quant à lui suspendu pour une accumulation de cartons jaune.

Même s’il a recouru cette semaine, Stéphane Lambese devrait de son côté être trop juste pour le « derby ». Des doutes subsistaient en revanche sur les deux latéraux Nathan Dekoke et Alpha Sissoko, alors qu’un retour de Till Cissokho dans le groupe n’est toujours pas d’actualité.

Au rayon des bonnes nouvelles, Fabien Mercadal devrait pouvoir enregistrer les retours de Florian Jozefzoon et Bridge Ndilu, absents dans l’Yonne.

Au HAC, tous sur le pont, sauf…

Il s’entraîne, du moins partage-t-il avec ses partenaires une partie des séances avant de couper, de se mettre à la disposition, soit du staff médical, soit du préparateur physique. S’il put ouvrir une parenthèse de trente minutes, les trente dernières, lors de la réception de Bastia, le 14 févier (2-4, 24e j), il dut donc la refermer aussitôt. Absent qu’il fut, et à Toulouse (0-4, 25e j.), et devant Nancy (1-0, 26e j.).

Samedi 5 mars 2022 à Diochon, Jamal Thiaré, dont la dernière apparition date du 16 octobre, manquera ainsi une nouvelle fois à l’appel. L’attaquant sénégalais multiplie les efforts pour revenir au plus vite sur les terrains, sans toutefois pouvoir se projeter, sans savoir, avec exactitude, s’il pourra recouvrer l’intégralité de ses moyens physiques avant que la saison ne se termine.

Pour l’heure, Thiaré s’inscrit donc comme l’unique forfait dans la perspective de ce déplacement à Rouen. Aucun autre joueur ne s’est en effet présenté à l’infirmerie, celle dont est même enfin sorti Ayman Ben Mohamed. Oui, l’international tunisien, touché à un genou il y a onze mois alors qu’il faisait l’objet d’un prêt à Denizlispor (Tur), s’entraîne à nouveau et pourrait même, ce week-end, renouer avec la compétition lors d’un déplacement à Cherbourg, dans les rangs de la « B ».
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : le HAC garde espoir et plonge QRM dans le doute

Grâce au deuxième but d’Abline cette saison et à un nouveau coup franc direct de Cornette, le HAC a conservé ses espoirs d’accrocher le Top 5 (0-2), ce samedi 5 mars 2022, face à QRM, plus que jamais en danger.

La joie des Havrais sur la pelouse du stade Diochon, vainqueurs une nouvelle fois du duel seinomarin, comme à l’aller, face à QRM

Considérant que le stade Diochon allait être un peu plus vivant qu’à l’accoutumée et que deux concurrents directs au maintien (Nancy - Grenoble) s’affrontaient dans le même temps à Marcel-Picot, Fabien Mercadal avait défini le « derby » face au voisin havrais comme le « match du bonheur ». Malheureusement pour lui et ses joueurs, ils n’y ont même pas goûté de manière éphémère, ce samedi soir, les Ciel et Marine douchant rapidement leurs espoirs.

Comme au match aller au Stade Océane (1-0, but de Pape Ibnou Ba dès la 7e minute), les protégés de Paul Le Guen ont en effet rapidement pris la main au cours de cette confrontation départementale à la saveur toute relative. À la faveur d’un contre favorable, c’est le jeune Matthis Abline (18 ans), prêté cet hiver par Rennes, qui a mis les siens sur la voie du succès, d’une lourde frappe venue se loger sous la transversale de Lemaître (0-1, 16e). Succès définitivement scellé au retour des vestiaires par un coup franc, un de plus, de Quentin Cornette, qui a mis juste ce qu’il faut comme effet pour que le ballon termine au pied du poteau quevillais, surprenant le gardien de QRM, un brin fautif (0-2, 65e).

Jozefzoon s’est raté, puis le HAC a fait mouche

Pour QRM, il n’y a donc pas besoin de faire un dessin : la situation comptable était déjà préoccupante et cette nouvelle défaite n’a rien arrangé. Le GF38 s’étant imposé (1-0) en Lorraine, Padovani et les siens pourraient potentiellement se retrouver 18es et barragistes si Dunkerque venait miraculeusement à s’imposer à Toulouse ce lundi. Pour le Havre AC (6e), si ce deuxième succès de rang permet d’entretenir l’espoir et de nourrir des ambitions à l’approche du sprint final, il ne change pas sensiblement la donne : Sochaux (5e), Auxerre (4e) et Ajaccio (3e) se sont également imposés, ce qui signifie que le retard sur le Top 5 tant convoité reste le même.

Mais il ne convient pas, toutefois, de minimiser l’importance de cette victoire pour les Havrais. Car on peut aussi voir les choses de cette manière : sans ces trois nouveaux points, ils auraient été quasiment rayés pour de bon de la course à l’accession. Peut-être d’ailleurs qu’il en aurait été ainsi si Jozefzoon, servi sur un plateau par Sabaly, les avait punis à la 14e alors qu’il avait eu entre les pieds une occasion en or pour le faire. L’ailier quevillais s’est raté et c’est juste après que les visiteurs ont ouvert le score, par Abline donc, parti battre Lemaître. Soumaré a tenté de répondre, du gauche, mais Fofana a veillé devant sa ligne (34e). Ce même Soumaré qui a envoyé sa tentative au-dessus du but havrais au début de la seconde période (50e), puis dans les filets adverses, avant que l’arbitre ne signale un hors-jeu (52e).

Après avoir laissé passer l’orage, les Ciel et Marine sont peu à peu sortis de leur camp aux alentours de l’heure de jeu. Abline a semblé déséquilibré dans la surface (61e), Cornette a fait du Juninho (sur le but du 2-0, 65e) et ce sont des grands espaces qui se sont ouverts. Par deux fois, Abdelli a raté son duel avec le gardien quevillais (69e, 90e), tout comme Cornette, qui a manqué son lob (79e). L’addition aurait pu être plus lourde, mais QRM ne le méritait pas forcément. Il faudra juste que le promu apprenne à se montrer plus efficace offensivement, sous peine de plonger encore un peu plus au classement.

Les notes des Quevillais : Lemaître (4) - Bansais (3,5), Padovani (5), Boé-Kane (4), Belkorchia (4,5) - A. Diaby (3,5), Sangaré (4), K. Sidibé (3,5) - Jozefzoon (4), I. Soumaré (5), C. Sabaly (6). Les notes des Havrais : Fofana (5), Baldé (5,5), Mayembo (6,5), Gibaud (6,5), Boura (5,5), Fontaine (6), Richardson (6,5), Abdelli (5,5), Cornette (6), Abline (7,5), Alioui (5,5).

Au Petit-Quevilly, le HAC bat QRM 2 à 0 (1-0)
Arbitre : M. Bollengier.

Spectateurs : 5 200 environ.

Buts pour le HAC : Abline (16e), Cornette (65e)

Avertissements à QRM : Boé-Kane (63e), Bahassa (90e).

QRM : Lemaître - Bansais, Padovani (cap), Boé-Kane, Belkorchia - Sidibé, Diaby (Dadoune, 68e) - Jozefzoon (Haddad, 68e), Sangaré, Sabaly (Bahassa, 74e) - Soumaré (Ndilu, 81e).

Entraîneur : Fabien Mercadal.

HAC : Fofana - Baldé, Mayembo (Sangante, 83e), Gibaud (cap), Boura - Fontaine, Richardson, Abdelli - Cornette (Mbemba, 80e), Abline (P.I. Ba, 80e), Alioui (A. Ba, 80e).

Entraîneur : Paul Le Guen.

Mercadal : « On a manqué cruellement d’efficacité »

Fabien Mercadal (entraîneur de QRM) : « Déçu. Pas forcément de la prestation, car on y a mis plein de bonnes intentions. On s’était donné les moyens d’aller chercher ce petit exploit, ou ce moment de bonheur. Mais on a manqué cruellement d’efficacité. C’était quasiment plié en cinq minutes, quand on a raté cette occasion incroyable et que derrière, on s’est fait punir. C’est ça le foot de haut niveau. On a dépensé beaucoup d’énergie pour rester dans la zone de finition, pour presser haut, emmener le public avec nous, mais on n’a pas validé. Cette équipe, on l’a gênée. Mais il faut retourner au travail. On avait l’occasion de sortir de cette course au maintien. En gagnant ce soir, je pense vraiment qu’on aurait été sauvé. Maintenant, il reste onze journées par aller chercher ce maintien. On n’est pas rongé par le doute, on souffre juste d’un petit déficit de confiance. »

Le Guen : « On ne va pas faire la fine bouche »

Paul Le Guen (entraîneur du HAC) : « C’est satisfaisant, mais je trouve qu’on a concédé trop de centres en première mi-temps. On ne va pas faire la fine bouche, c’était important de gagner ici, pour nous, pour nos supporters. On est sixièmes, à distance du cinquième, mais malgré tout, on ne perd pas espoir. On va essayer de rester très mobilisés sur cette fin de saison. On a resserré les boulons, on revient à ce qui fait notre force, à savoir notre solidité. Les joueurs font les efforts, travaillent bien, les rentrées se font bien aussi, c’est important. Le retour à la défense à quatre peut expliquer certaines, mais c’est l’état d’esprit qui prime avant tout.
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : Abline, ce « petit » ira très loin

L’attaquant prêté par le Stade Rennais a illuminé de sa classe et de son efficacité, samedi 5 mars 2022, le face-à-face entre QRM, un peu plus proche encore de la zone rouge, et le HAC, toujours coincé à six longueurs du Top 5.

Matthis Abline, auteur de l’ouverture du score havraise, a causé bien des problèmes à la défense de QRM sur la pelouse du stade Diochon

Il put sortir la tête haute, très haute même, lorsqu’à dix minutes du gong, Paul Le Guen l’invita à passer le relais à Pape Ibnou Ba. Quel match l’international U19 venait-il de signer ! À 18 ans, l’unique recrue hivernale du Havre AC, prêté par le Stade Rennais non sans y avoir prolongé son contrat jusqu’en 2025, a éclaboussé de son talent ce choc départemental remporté sans trembler par les Ciel et Marine.

Alors qu’il était espéré qu’il se pose sur les bords de la Manche afin d’épaissir le secteur offensif, Abline a finalement pallié le départ de Khalid Boutaïb, parti flamber au Paris FC (3 buts et 1 passe dé’ en 4 matches). Et force est de reconnaître que la pioche fut bonne. Le « gamin », arrivé avec sept bouts de match de Ligue 1 dans les jambes et deux apparitions en Conference League (1 but), grimpe en effet les marches quatre à quatre, de semaine en semaine. Si, lors de sa première titularisation sous les ordres de « PLG », à Niort (0-0, 23e j.), il ne lui manqua que quelques millimètres pour que sa tentative la plus nette ne termine pas sur le poteau, depuis, il enchaîne les gestes décisifs. Samedi soir, sur la pelouse de Diochon, sa première occasion termina ainsi au fond des filets, lancé qu’il fut par Cornette avant de s’en aller seul défier Lemaître et de catapulter le cuir sous la transversale (13e).

Il « offre » le coup franc à Cornette

D’une terrible frappe, il venait de déverrouiller le « derby ». « Ça fait du bien de marquer un tel but, souriait-il une fois actée la victoire. J’aime marquer comme ça. » Intelligent dans ses déplacements, toujours en mouvement, il devint dès lors la cible des défenseurs de QRM. Des coups, il en prit, beaucoup. Des duels, il en disputa, énormément. Et des ballons, il vint même en gratter quelques-uns loin de sa zone de prédilection. Le garçon dévoile un caractère bien trempé, il croche, résiste, oblige les défenseurs à commettre parfois l’irréparable. Comme cette faute qu’il provoqua peu après l’heure de jeu, ce coup franc qui permit à Cornette, de 25 mètres, d’ajuster Lemaître à son tour. Dans tous les bons coups, le jeune homme au maillot floqué du numéro 12 posa ainsi sa griffe sur ce cinquième succès du Havre AC loin du Stade Océane, cette deuxième victoire à la suite, une semaine après avoir disposé de Nancy (1-0), d’un but d’Alioui sur une passe décisive… d’Abline. Et même si le scénario fut cauchemardesque, personne n’a, oublié que devant Bastia (2-4, 24e j.), Abline avait provoqué le premier penalty, avant de transformer le deuxième.

Oui, cet attaquant pur jus ira loin, très loin, il sent le foot, il sent le but, dégage la maturité d’un vieux briscard. Son adaptation à un nouveau club, un nouveau collectif, un nouveau championnat, est tout simplement impressionnante. « Il va devenir un très bon joueur, prédit, lui aussi, Paul Le Guen. Mais il a besoin de faire des matches de Ligue 2, tout le monde sera gagnant, lui, nous, Rennes. Il faut qu’il conserve une vraie mentalité de travail. Il a de la force, de l’explosivité, une qualité de frappe exceptionnelle. Il va nous apporter ce qu’on espérait. » La défense du Nîmes Olympique, prochain visiteur au Stade Océane, est prévenue.
Mathelvin
National 3
National 3
Messages : 237
Enregistré le : 04 mai 2021 23:54

Re: [REVUE DE PRESSE] pas de commentaire, svp !

Message par Mathelvin »

Football - Ligue 2 : Cornette monte d’un cran

Et de quatre qui font six ! D’un maître coup franc, son quatrième depuis l’ouverture du championnat à longue distance, Quentin Cornette a porté à six son total de réalisations, samedi 5 mars 2022 à Diochon face à QRM. À 28 ans, le milieu excentré droit signe la première saison pleine de sa carrière.

Quentin Cornette, ici devant Amir Richardson, a inscrit un nouveau coup franc cette saison à Diochon face à QRM

Du temps de jeu, comme jamais il n’en a eu. Des stats, comme jamais il n’en a affiché. Quentin Cornette, vingt-six apparitions, vingt-trois titularisations, confirme qu’il se présente comme l’arme offensive la plus aiguisée dans les rangs du Havre AC. À son actif, six buts, soit l’actuel meilleur buteur sous les couleurs ciel et marine, et quatre passes décisives, soit le meilleur passeur sous cette même tunique.

Samedi soir, face à un QRM défensivement mal en point, c’est lui qui envoya Abline ouvrir le score (16e), c’est encore lui, à la suite d’une faute provoquée par Abline, qui scella le sort des Quevillo-Rouennais (65e). Et ce, d’un coup franc dont il a le secret. « Je vois ce mur, avec beaucoup de monde, explique-t-il, et le gardien de QRM qui se décale vraiment sur son côté droit. » L’espace est ouvert, le but également. Ça fait mouche.

Comme face à Toulouse (1-1, 7e j.), Nancy (1-1, 8e j.) et Amiens (1-1, 16e j.), Cornette a donc étalé sa science dans l’exercice. « Au-delà de ça, c’est le fait d’avoir des stats intéressantes qui compte. En début de championnat, je m’étais fixé un objectif. Je me disais que pour un milieu comme moi, avec cinq buts et cinq passes, ce serait déjà une saison correcte. » Il peut aujourd’hui élever bien plus haut la barre, sans pour autant se prendre pour un autre.

« Je ne cracherai pas sur le HAC »

À 28 ans, l’excentré droit croque enfin sa carrière à pleines dents, lui qui a si souvent été contraint, avant de se poser au Havre (été 2020), de se mettre à la disposition du staff médical plutôt qu’à celle du staff technique. « Que ça fait du bien de pouvoir tout simplement jouer au foot ! savoure-t-il. La saison passée, j’avais déjà été épargné par les blessures, mais là, j’enchaîne encore plus. Maintenant, même si je crois être impliqué dans pas mal de buts cette saison, je dois gagner en régularité. Il y a encore des matches où je ne suis pas tout à fait à la hauteur des attentes. »

Lucide, il sait toutefois que ses performances ne passeront pas inaperçues. De quoi déjà attiser quelques sollicitations ? Pourquoi pas ? En juin prochain, l’ex-Amiénois arrivera en effet au bout de sa deuxième et dernière année de contrat. Sans que personne n’ait encore évoqué avec lui l’avenir au sein du club, sachant tout de même qu’il dispose d’une option d’un an en cas d’accession. « On nous avait prévenus que tout se ferait tardivement, précise-t-il. Mais pour le moment, je n’ai reçu aucune sollicitation. »

Et en cas d’offre(s) concrète(s) venue(s) d’ailleurs, attendra-t-il toutefois un signe de ses actuels dirigeants pour donner suite, ou pas ? « Une chose est certaine, je ne cracherai pas sur le HAC. Je ne pourrai pas oublier que c’est avec ce club que j’ai enfin pu lancer ma carrière. Mais encore une fois, tout cela n’est pas d’actualité. Si je ne me trompe pas, nous ne sommes pas encore éliminés de la course aux play-offs. C’est sûr qu’en s’imposant à QRM (2-0), après avoir battu Nancy (1-0), on aurait pu espérer que l’écart se réduise un peu avec le cinquième (NDLR : il est actuellement de six points). Mais on est encore là. Et sans pour autant faire n’importe quoi, on va tout tenter. »

Samedi 12 mars 2022, face à Nîmes, premier des trois rendez-vous à honorer en une semaine, puisque le mardi 15 mars, c’est à Dijon qu’il faudra au HAC se rendre, avant de recevoir Caen (le 19/03), Cornette et les siens auront ainsi pour défi d’enchaîner un troisième succès à la suite, pendant que les Sochaliens (5e), eux, feront étape à Auxerre (4e).
Répondre